GNL : la Chine  pourra devenir le 1er importateur dès 2022

GNL : la Chine  pourra devenir le 1er importateur dès 2022

Renversement dans le classement des importateurs du GNL ? Les données de suivi des cargaisons de l’entreprise ICIS Edge, indiquent que l’augmentation rapide et soutenue des importations chinoises de GNL  peut lui permettre de dépasser le Japon cette année en tant que premier acheteur mondial de ce combustible.

En chiffre, entre juin 2020 et juin 2021, la Chine a importé 76,27 millions de tonnes de GNL, juste derrière les 76,32 millions de tonnes du Japon. Toutefois, la demande chinoise cette année indique 81,2 millions de tonnes, bien au-dessus des 75,2 millions de tonnes du pays du Soleil levant.

Les experts affirment que compte tenu que le gaz est devenu le combustible phare de la transition énergétique en Chine, son importation devrait y croître de façon exponentielle au cours des prochaines années. Aujourd’hui, il ne représente que 10 % du mix énergétique, derrière le charbon et le pétrole.

Dans le reste du monde, au contraire, les débouchés du GNL se réduisent. Sensiblement. Avec le coup de frein brutal de l’économie qu’a entraîné le coronavirus, la consommation mondiale totale de gaz, y compris de GNL, devrait chuter de 3 à 4% en 2020.

Mais,  S&P Global précise que c’est à moyen et long terme que la pandémie menace l’avenir du gaz plus que toute autre énergie fossile. Seuls l’Inde, le Moyen-Orient et la Chine tireront la croissance de la demande gazière dans les dix prochaines années.

Yacine Bouali