Hausse des prix des produits alimentaires : les spéculateurs ont des visées politiques, accuse le ministre de l’Agriculture

Hausse des prix des produits alimentaires : les spéculateurs ont des visées politiques, accuse le ministre de l’Agriculture

S’exprimant ce jeudi sur les ondes de la radio Chaîne III, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hamdani, a accusé les spéculateurs, à l’origine de la hausse des prix des produits alimentaires, de vouloir déstabiliser « l’ordre public ».

« Il y a des visées à caractères politiques qui sont derrière les récentes spéculations. On ne peut prétendre à ce type d’opérations avec un dédoublement des prix en 48 heures, alors que la disponibilité du produit n’a pas été impactée », a-t-il notamment déclaré.

Pour y faire face, le ministre de l’Agriculture a fait savoir qu’une commission mixte a été créée avec le ministère du Commerce. Elle est, selon lui, « active aussi bien au niveau central qu’au niveau local. »

« Cette commission suit méticuleusement ce phénomène dont l’ampleur est inédite, ce qui prouve encore une fois ses ambitions de déstabiliser l’ordre public », a-t-il ajouté.

S’agissant de la sécurité alimentaire, M. Hamdani a rappelé l’objectif principal qui n’est autre que « la réduction d’une façon très significative de la facture des importations ».

Il a donné un exemple concret dans ce sens : « nous avons essayé de réduire l’importation des huiles, notre feuille de route est en train de se réaliser sur le terrain, il suffit de voir en premier lieu le lancement d’une des filières oléagineuses à savoir le colza qui commence à donner ses résultats. »

Globalement, le gouvernement espère pouvoir réduire « la facture des importations à 2 milliards de dollars » à l’horizon 2024.

Skander Boutaiba