Il s’en prend encore une fois à l’Algérie : Le Monde….récidive

Il s’en prend encore une fois à l’Algérie : Le Monde….récidive

S’en prendre à l’Algérie, est vraisemblablement le « sport favori » de certains médias français.

Le Monde que l’on croit pourtant un média « crédible »,  a  « au nom de la liberté de la presse »  bien sûr, a sans retenue aucune,  remis totalement en cause, le dévouement de nos diplomates en fonction en France.

Estimant d’abord, dans un article paru ce vendredi 22 octobre, que « le nombre des diplomates algériens en France est anormalement élevé », Le Monde est allé dans son écrit, jusqu’à dire que « plusieurs de ces diplomates refusent de revenir en Algérie et abusent de leurs fonctions pour obtenir ensuite un titre de résidence qui leur permet de séjourner encore et toujours sur le sol français ».

Ce qui, « suscite plus que jamais l’exaspération des autorités françaises qui ont réclamé des explications aux autorités algériennes ».

Signé, par trois journalistes qui « ont travaillé pendant plusieurs jours afin de recouper les informations rapportées en approchant de nombreuses sources officielles et officieuses françaises ou algériennes », en l’occurrence, Mustapha Kessous, Elise Vincent et Madjid Zerrouky,  l’article en question aborde selon ses rédacteurs, « un autre sujet de tensions récurrent entre Paris et Alger qui concerne les renouvellements de personnels diplomatiques ».

Non seulement. Le Monde, faisant « un procès »  à Alger, sans apporter une quelconque preuve à ses diatribes, croit « savoir » qu’une demande récente formulée par Alger d’accréditer trente nouveaux diplomates dans les consulats algériens en France « sans qu’il soit possible de comprendre leurs attributions, a ainsi fait bondir Paris ».

Le Monde nous « apprend » aussi, que les autorités françaises envisagent « d’imposer une nouvelle restriction aux dirigeants algériens titulaires du passeport diplomatique qui peuvent détourner l’obligation de se munir d’un visa Schengen pour pouvoir venir en France ».

Cette restriction concernerait l’obligation de présenter une « lettre de mission » qui justifie les motivations professionnelles d’un déplacement des dirigeants algériens titulaires d’un passeport diplomatique.

A quoi joue vraiment Le Monde? Est-il vraiment judicieux  de nous sortir cette histoire de « diplomates algériens qui refusent de revenir en Algérie et abusent de leurs fonctions pour obtenir ensuite un titre de résidence qui leur permet de séjourner encore et toujours sur le sol français » ? Assurément pas.   L’Algérie qui a toujours su mettre les points sur les I, le fera encore une fois. Attendons pour voir……

Dj. Am