Info La Patrie – Pérou : Notre diplomatie déjoue la campagne tendancieuse du Maroc

Info La Patrie

Pérou : Notre diplomatie déjoue la campagne tendancieuse du Maroc

Au cours des dernières années, le Maroc a intensifié une campagne active dans les médias sud-américains, avec des attaques systématiques pour discréditer la politique internationale de l’Algérie en matière de défense du droit inaliénable à l’autodétermination des peuples et en particulier critiquant la solidarité avec la juste cause du peuple sahraoui du droit à l’indépendance du peuple sahraoui. A travers diverses organisations de façade, le Maroc soutient et recrute des « communicateurs » au service de sa propagande pour attaquer la politique étrangère de l’Algérie et du Front Polisario. L’un des cas les plus emblématiques est celui du journaliste péruvien Ricardo Sánchez Serra, qui, de défenseur actif de la cause sahraouie, s’est rangé du côté de l’occupant illégal, niant tout ce qu’il avait écrit auparavant sur le Sahara occidental. Ce spectaculaire revirement lié au phénomène de « mamounisation » des consciences, s’accomplit en en effet à gros renfort de monnaie sonnante et trébuchante. Sánchez Serra est ainsi devenu un furieux propagandiste de la monarchie marocaine dans les médias péruviens et d’autres médias latino-américains dans sa quête pour justifier l’occupation illégale et colonialiste du Sahara occidental. Dans une lettre publiée le 20 décembre par le journal péruvien La Razón, l’ambassade d’Algérie au Pérou dénonce le double discours de ce lobbyiste ou mercenaire, qui a vendu son âme et sa conscience au Makhzen. Compte tenu de l’importance du sujet évoqué, nous reproduisons la lettre dans son intégralité :

 

DROIT DE RÉPONSE

« Depuis quelques mois, votre journal publie des articles hostiles à mon pays, sous la plume du journaliste Ricardo Sánchez Serra, dans la rubrique « Avis ».

L’Algérie a inscrit la liberté de la presse et d’expression dans sa Constitution, et pour cela, l’Ambassade accepte toutes les critiques tant qu’elles ne sont pas fausses.

L’Ambassade souhaite également faire usage du corollaire du droit de réponse. A cet égard, l’Ambassade prie le responsable du journal « LA RAZÓN » de bien vouloir publier sa réponse comme suit :

Dans son dernier article publié le 11 décembre 2021, sous le titre « La responsabilité de l’Algérie dans le conflit du Sahara occidental », M. Ricardo Sánchez Serra s’illustre par un déni rarement observé dans le monde des médias.

Dans son article, M. Sánchez Serra réduit une question de décolonisation inscrite à l’agenda des Nations Unies depuis 1966, « au seul désir de l’Algérie de chercher une issue vers l’océan Atlantique ».

Quelques années plus tôt, voici ce qu’écrivait le même journaliste :

« Les Marocains accusent le Front Polisario d’être des pantins algériens, pour qu’une fois le pays indépendant, Alger puisse atteindre l’Atlantique. Tout le temps, ils préconisent ce mensonge avec une propagande agressive. Ce qui n’est pas dit, c’est que l’Algérie, tout au long de son histoire, a soutenu les mouvements de libération qui luttent contre le colonialisme, ce qui est une priorité dans sa politique étrangère ».

Comment affirmer quelque chose et le contraire en quelques années seulement ? Cependant, afin que les lecteurs péruviens se fassent une idée plus précise de ce journaliste, l’Ambassade a décidé de le faire parler pour lui-même, à travers ses articles sur le même sujet, comme indiqué sous ces lignes, pour montrer les deux visages totalement opposés à M. Ricardo Sánchez Serra, dans le style de «Dr. Jekyll et M. Hyde.

« Le Maroc n’a aucun argument historique ou juridique pour valider son invasion du Sahara occidental. Ils trompent les gouvernements, les ministères des Affaires étrangères, les membres du Congrès, les politiciens, les journalistes et la société en général que toute solution des Nations Unies doit sauvegarder leur intégrité territoriale ».

« Le Maroc revendique un territoire qui n’a jamais été le sien. Ils inventent des histoires et le pire de tout, c’est que beaucoup de gens les croient. Et pourquoi? Parce que les gens ne lisent pas. Cela ne l’intéresse pas. Le problème est loin. Intellectuels, hommes politiques, diplomates, journalistes, incapables d’enquêter et qui soutiennent la thèse marocaine, non seulement par ignorance, mais parce qu’ils reçoivent des cadeaux et des pots-de-vin sous forme de voyages rémunérés au Maroc ».

« Il suffit d’enquêter sur le nombre de journalistes et d’hommes politiques qui ont été invités avec le plaisir des « Mille et une nuits » au Maroc. Récemment, le journal nord-américain « The Washington Post » a dénoncé la corruption subtile de plusieurs pays, dont le Maroc -payé 10-, d’inviter des membres du Congrès ».

« Actualidad RT » a mentionné ce qui suit : Les voyages payés par les gouvernements étrangers ont été interdits en raison du risque qu’ils soient utilisés par différents lobbies comme moyen de soudoyer des membres du Congrès. Or, « fait une loi, fait un piège » puisque les législateurs « laissent des ‘trous’ par lesquels ils peuvent contourner la loi », pointe le politologue Alfredo Gutiérrez ».

« Dans le cas des voyages payants », il existe une exception qui dit qu’ils peuvent être acceptés dans le cas d’invitations pour des raisons culturelles. Autrement dit, « une fenêtre est laissée ouverte pour continuer à alimenter cette corruption, explique Gutiérrez ».

« Il en va de même au Chili, en Argentine, en Colombie et dans de nombreux pays européens, dont le Pérou, où des dizaines de membres du Congrès, de journalistes et d’intellectuels ont été invités. Vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps, et il n’y a pas non plus de mensonge qui dure 100 ans ».

« Les diplomates marocains outrepassent leurs fonctions, font pression et même menacent. Dans mon cas, ils ont fait pression sur ceux qui publient mes articles sur la question sahraouie, ils ont payé des annonces et en tentant de les inviter à Rabat, ils ont essayé de me neutraliser. J’ai même perdu un emploi. Ils m’ont invité deux fois au Maroc et je leur ai indiqué deux conditions : un entretien avec le roi et une visite à la prison noire, où les sahraouis ont été emprisonnés et torturés. Je n’ai pas reçu de réponse ».

« Je me souviens que le ministre sahraoui des Affaires étrangères pour l’Amérique latine est venu et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères du Pérou et le président du Congrès. L’ambassadeur du Maroc à Lima, Oumama Aouad, a demandé un rendez-vous avec les deux personnages et a même osé se demander pourquoi l’envoyé spécial sahraoui a été reçu. L’un d’eux lui a dit fermement : « Personne n’a à dire au vice-chancelier de la République du Pérou qui ils reçoivent et qui ils ne reçoivent pas. Et le président de l’Assemblée législative de l’époque m’a dit qu’il était surpris de la façon dont il l’avait affronté ».

« L’ambassade du Maroc a un puissant lobby au Pérou. Et il est présenté comme « la porte du monde arabe ». Ils menacent de fermer leur ambassade à Lima et de retirer leurs investissements, le gouvernement précédent a été mis au courant que la France et l’Espagne seraient bouleversées, si les relations avec la RASD se rétablissaient. Un autre mensonge. En premier lieu, dans plusieurs pays du monde les deux ambassades coexistent, sans problème, donc elles ne vont pas se quitter ; deuxièmement, ils n’ont aucun investissement au Pérou ; et troisièmement, ces deux pays européens ne se sont inquiétés ni du Mexique ni de l’Afrique du Sud, sans parler des autres nations, pour abriter les deux ambassades. »

« Le Maroc cache une opinion transcendantale, que quiconque prétend connaître en la matière doit connaître : la Cour internationale de justice de La Haye a acquitté une requête historique déclarant qu’« il n’y a aucun lien de souveraineté territoriale entre le territoire du Sahara occidental et le Royaume du Maroc et l’entité mauritanienne », il existe également des centaines de résolutions de l’ONU qui soutiennent la décolonisation et les droits légitimes du peuple sahraoui. La Cour conclut qu’elle n’a pas trouvé de liens juridiques d’une telle nature qui pourraient affecter l’application de la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée générale à la décolonisation du Sahara occidental et, en particulier, le principe de l’autodétermination par des moyens libres et authentiques expression de la volonté du peuple du territoire ». (16 octobre 1975) ».

« C’est concluant, cependant, les Marocains soulignent de manière irresponsable que les juges sont européens et ne connaissent pas les coutumes arabes. Suivant ce raisonnement, lors de la publication de l’arrêt de La Haye dans le différend frontalier entre le Pérou et le Chili, l’un des pays peut également dire que ces juges internationaux ne connaissent pas les coutumes latino-américaines. Ce serait inacceptable ».

« Lorsque les diplomates marocains se réfèrent au Front Polisario, ils soulignent qu’il est composé de bandits, de terroristes et de trafiquants de drogue. Le Front Polisario –qui vient de terminer 40 ans de fondation-, est le représentant légitime du peuple sahraoui reconnu par les Nations Unies. S’ils étaient ce qu’ils disent, pourquoi alors leur parlent-ils à l’ONU ? »

« Tout est mensonge. Sinon, il faut raisonner. Qui était impliqué dans les attentats du 11-M contre des trains à Madrid ? Marocains et dans l’attentat à la bombe dans un centre commercial bruxellois en Belgique ? Un autre marocain. Et de quelle nationalité étaient les sept personnes arrêtées pour tentative d’attentat dans un magasin commercial, à côté du club Ajax, à Amsterdam ? Marocains. Cela ne signifie pas que tous les Marocains sont impliqués dans des attentats terroristes, il en va de même pour de nombreux détenus marocains qui ont été capturés en Espagne pour avoir tenté d’introduire du haschich en Europe ».

« D’un autre côté, les Sahraouis ne sont impliqués dans rien de tout cela. De plus, les nombreux wikileaks de l’ambassade américaine à Rabat excluent la participation des Sahraouis à ces questions criminelles, et laissent plutôt entendre la complicité de l’armée marocaine avec le trafic de drogue. Il convient de mentionner que le Maroc est le deuxième producteur de haschich au monde (il vient d’être déplacé de la première place par l’Afghanistan) ».

« D’un autre côté, les Marocains accusent le Front Polisario d’être des pantins de l’Algérie, afin qu’une fois le pays indépendant, Alger puisse atteindre l’Atlantique. Tout le temps, ils préconisent ce mensonge avec une propagande agressive. Ce qui n’est pas dit, c’est que l’Algérie, tout au long de son histoire, a soutenu les mouvements de libération qui luttent contre le colonialisme, ce qui est une priorité dans sa politique étrangère ».

In Fine : Il est tentant de conclure que M. Ricardo Sánchez Serra est tombé dans le piège qu’il a lui-même dénoncé dans cet article. Il n’a pas résisté aux chants des sirènes.

Service de Presse de l’Ambassade d’Algérie à Lima

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,373SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles