JMMC : Réduction de la production de 7,7 millions de barils/jour

JMMC : Réduction de la production de 7,7 millions de barils/jour

Le Comité ministériel mixte de suivi Opep et non Opep (JMMC)  a approuvé mercredi, les recommandations visant à réduire la production à partir du mois d’août  à plus de 7,7 millions de barils par jour et ce, jusqu’en décembre. La 20eme réunion du JMMC tenue par visioconférence,  a évalué le niveau de respect des engagements de baisse de la production des pays signataires de la Déclaration de Coopération pour le mois de juin 2020, tels que décidés lors de la 10ème réunion ministérielle OPEP et non-OPEP du 12 avril.

Les participants à cette réunion ont également, examiné la situation du marché pétrolier international et à ses perspectives d’évolution à court et moyen termes. Dans un communiqué à l’issue de cette réunion, le Comité a souligné que « la conformité à 100% de tous les pays participants est non seulement juste, mais vitale pour les efforts de rééquilibrage en cours et pour contribuer à assurer la stabilité à long terme du marché pétrolier ».

Le Comité a examiné « les données de production de pétrole brut pour le mois de juin 2020 » et s’est félicité de « la performance significative du niveau de conformité globale pour les pays participants de l’OPEP et non OPEP à 107% en juin 2020, une réalisation qui a été largement reconnue sur le marché », selon la même source, annonçant que la prochaine réunion du JMMC est prévue le 18 août prochain.

Hier mardi, l’Opep a indiqué s’attendre à une reprise de la demande mondiale de 7 millions de barils par jour en 2021, après une baisse de 9 millions cette année.  En outre, des experts de l’Organisation ont indiqué qu’une « deuxième forte vague » du Coronavirus pourrait entraîner une baisse de la demande mondiale de pétrole en 2020 de 11 millions de barils par jour, contre une baisse de 9 millions de barils par jour selon les prévisions actuelles. Peu avant cette réunion, le ministre de l’Energie et président de l’Opep, Abdelmadjid Attar, indiquait que le taux de conformité de la baisse de production était « très satisfaisant avec près de 112% pour les pays Opep et autour de 100% pour les pays non Opep ».

Cet engagement de la part des pays de l’Opep+ « a permis de tirer à la hausse les prix du baril qui se situent actuellement entre 42 et 43 dollars pour le Brent (contre 25 dollars fin avril) », a-t-il ajouté, relevant que « le prix moyen du baril pour l’année 2020 devrait dépasser les 40 dollars ».

Par ailleurs, les cours du Sahara Blend, le brut de référence algérien, ont progressé de 14,17 dollars en juin dernier, atteignant les 40,48 dollars le baril, selon le dernier rapport mensuel de l’OPE. La veille, mardi, le panier de l’Opep, s’était établi à 43,03 dollars, contre 43,38 dollars le baril lundi, a indiqué le Secrétariat de l’Opep mercredi.

Ad. M.