Journée mondiale de lutte contre la rage : 900 cas et 15 décès enregistrés en 2019

Journée mondiale de lutte contre la rage : 900 cas et 15 décès enregistrés en 2019

« En Algérie, la rage animale sévit à l’état enzootique avec une moyenne de 900 cas enregistrés chaque année, dont 15 décès, majoritairement des enfants de moins de 14 ans », a révélé ce dimanche 27 septembre  le Dr Trad chargé du programme zoonoses au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, à la veille de la Journée mondiale de lutte contre la rage (28 septembre) selon une dépêche de l’APS.

« Pour 2018 et 2019, les wilayas ayant notifié des cas de rage sont : Médéa, Aïn Defla, Biskra, Oran, Skikda, El-Bayadh, Tissemssilt, Tiaret, Mostaganem, Khenchela, M’sila, Bejaia, Alger, Aïn Temouchent, Tipasa, Annaba, Ghardaïa et El-Oued », a fait savoir le responsable.

La Journée mondiale de lutte contre la rage, célébrée cette année sous le thème « Finissons-en avec la rage : Collaborons et vaccinons », vise à sensibiliser aux mesures cruciales que les communautés peuvent prendre pour la prévention de la rage et l’élimination, d’ici à 2030, de tous les décès humains dus à cette maladie transmise par les chiens, a souligné le Dr Trad.

La rage étant une maladie à prévention vaccinale, la vaccination des chiens reste la « stratégie la plus efficace » pour éviter cette maladie chez l’homme, a-t-il soutenu, ajoutant que « la vaccination des chiens permet de réduire le nombre de décès imputables à la rage mais aussi le besoin d’une prophylaxie post-exposition dans le cadre des soins aux patients mordus par des chiens ».

Informer les adultes et les enfants sur le comportement des chiens et la manière de prévenir les morsures, est une composante essentielle de lutte contre la rage et peut faire baisser l’incidence de la rage chez l’homme comme la charge financière du traitement, a souligné M. Trad.

Et d’ajouter « l’optimisation des connaissances de la population en matière de prévention et de lutte contre la rage signifie également informer sur les responsabilités des propriétaires d’animaux de compagnie et sur les soins à dispenser immédiatement après une morsure ».

Pour M. Trad, la participation et l’engagement de la population dans ces programmes permettent une meilleure perception, diffusion et application des messages d’information.

L’élimination de la rage exige, selon le même responsable, une implication cohérente et durable, adossée à des actions bien réfléchies et pérennes de gestion de la santé humaine et animale, avec bien entendu l’étroite collaboration des différents secteurs de la Santé, l’Agriculture, l’Intérieur, l’Environnement, la Communication, le but étant de ramener à zéro le nombre des décès humains dus à la rage à l’horizon 2030.

Selon des données de l’OMS, la rage sévit dans plus de 150 pays dans le monde avec environ 60 000 décès/an concentrés en Asie et en Afrique, et plus de 95 % des cas humains de rage, majoritairement des enfants, sont dus à des morsures de chiens infectés.

Par Rabah  Kourougli