Journée nationale de l’Imam: la décision du Président Tebboune largement accueillie

Journée nationale de l’Imam: la décision du Président Tebboune largement accueillie

La décision du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune d’instituer le 15 septembre de chaque année, Journée nationale de l’Imam a été «favorablement accueillie» par les imams, les chouyoukh de zaouïas et les professeurs d’enseignement coranique, la qualifiant d’«historique».

La décision du président de la République de décréter le 15 septembre journée nationale de l’Imam a suscité une large satisfaction des personnels du secteur, à travers les mosquées, écoles coraniques et zaouias, a assuré à ce propos ce mercredi, depuis  à Adrar, le ministre des affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi.

Cette démarche qui coïncide avec l’anniversaire de la mort de l’éminent Cheikh Sidi Mohamed Belkebir, vient s’ajouter aux divers acquis et jalons mis en place dans l’édification de l’Algérie nouvelle, à l’instar de la journée nationale de la mémoire et des acquis en faveurs de la société civile, a souligné le ministre, en marge d’une visite de travail dans la wilaya.

Et d’ajouter que l’Imam est un important élément de la société algérienne l’ayant accompagné durant la glorieuse Révolution, la phase d’édification et de rayonnement du pays, voire en imposant son respect même à l’étranger par la diffusion d’un message de modération.

La journée nationale de l’Imam est celle de tous les algériens, des écoles coraniques et zaouias, au service de l’enseignement du saint Coran, et constitue aussi une occasion de se pencher sur la prise en charge des préoccupations liées aux activités des Imams, a soutenu M. Belmehdi.

«L’ensemble des imams, des zaouïas et des mosquées se sont félicités de cette journée nationale qui coïncide avec l’anniversaire de la mort du l’éminent Cheikh Sidi Mohamed Belkebir, l’un des savants émérites de l’Algérie et un de ses vaillants enfants ayant consacré leur vie au service de la religion et de la patrie», a noté  le ministère des Affaires religieuses dans un communiqué précédent estimant qu’il s’agit là «d’une étape phare des réalisations de l’Algérie nouvelle».

R.N