Justice : La demande de libération de Khalida Toumi rejetée

Justice : La demande de libération de Khalida Toumi rejetée

La chambre d’accusation près la Cour d’Alger  a refusé, aujourd’hui,  de libérer l’ancienne ministre de la culture, en l’occurrence, Khalida Toumi.

Rappelons que Toumi,  est poursuivie pour « dilapidation de deniers publics, abus de fonction et octroi d’indus privilèges ». « L’enquête préliminaire s’est intéressée à l’ensemble des actes de gestion de la ministre entre 2002 et 2014, et particulièrement aux frais d’organisation de deux événements culturels sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika. À savoir, le Festival panafricain en 2009 et “Tlemcen, capitale de la culture islamique”, en 2011 ».

Placée en détention provisoire le 4 novembre de l’année 2019, l’ancienne ministre est donc accusée « d’octroi d’indus avantages dans les marchés publics » et « d’abus de fonction en accomplissant un acte en violation de le loi ».

Depuis, sa défense n’a pas cessé de dénoncer « l’illégalité » de sa détention provisoire, en saisissant, entre autres actions, le président de la République, en octobre dernier, afin « d’appliquer la loi et garantir son droit à la liberté ».

Il est à rappeler que, le 11 février dernier, la chambre d’accusation près la cour d’Alger a prolongé de quatre mois la détention provisoire de l’ancienne ministre de la culture, incarcérée, depuis 15 mois.

Yahia Maouchi