La Croix Rouge Internationale a lancé un appel urgent pour les sauver : Des détenus politiques sahraouis en danger de mort au Maroc

La Croix Rouge Internationale a lancé un appel urgent pour les sauver : Des détenus politiques sahraouis en danger de mort au Maroc

Rabat, en imposant son diktat au peuple sahraoui, n’hésite pas à provoquer des dégâts collatéraux criminels et gravissimes.

Des détenus d’opinion, qui ne se battent que pour leurs droits et leur indépendance, sont en effet en danger de mort.  A ce propos, la Croix Rouge Internationale vient de lancer un SOS pressant en vue de protéger la vie de certains prisonniers politiques se trouvant carrément à l’article de la mort. C’est, par exemple le cas de la grande militante Soltana Kheya.

Cette femme-courage, assignée à résidence à Boujdou, dans les territoires occupés, a été violemment passé à tabac, et subi de sérieuses blessures à la tête et aux yeux à la suite d’un entretien qu’elle avait accordé depuis chez elle à La Patrie News, il ya de cela environ trois semaines.

La dernière nouvelle que nous ayons d’elle remonte à une vidéo datée d’une dizaine de jours dans laquelle elle parlait d’une convocation reçue par la justice occupante et de son refus de  la reconnaitre et de s’y rendre. Il semble que cette très courageuse personne ait été emprisonnée, et sans doute torturée, à cause de son intransigeance et de son légendaire franc-parler. Mohamed-Lamine Heddi, un des héro homérique du camp de Gdeim Izik, est en grève de la faim depuis 110 jours.

Il est également empêché de voir sa mère et sa sœur, lesquelles doivent parcourir pas moins de 2000 kilomètres pour se rendre à la prison où il est détenu, pour s’entendre dire à chaque fois qu’il n’est pas visible, sans doute par cruauté des autorités carcérales. Il ya bel et bien urgence.

La communauté internationale est vivement interpellée pour quelle fasse pression sur le Maroc et l’oblige à cesser ses traitements barbares et inhumains à l’endroit des populations sahraouies désarmées et sans défense.

Mohamed Abdoun