La RASD dément tout lien entre le Polisario et le terroriste abattu Adnane Abou El Walid

La RASD dément tout lien entre le Polisario et le terroriste abattu Adnane Abou El Walid

Le ministère de la Communication la  RASD (république arabe sahraouie et démocratique), a démenti dans un communiqué tout lien, quelle qu’en soit la nature, avec le terrorise abattu, responsable de l’organisation  terroriste dénommée Etat Islamique Au Grand Sahara.

Il s’agit de Adnane Abou El Wlid, dont l’élimination par Barkhane avait fait l’objet d’une annonce personnelle de la part du président français lui-même, au regard de l’importance de cette élimination, mais aussi parce que Macron se trouve en précampagne électorale. Bref, la RASD, dans son communiqué,  rendu public par le ministère de la Communication, dément toute forme de liens entre le front Polisario et ce terroriste abattu.

« Le fait que ce criminel soit surnommé +le sahraoui+ fait partie des manœuvres éhontées et habituelles de la presse marocaine, visant à tromper l’opinion », souligne en effet le communiqué. Celui-ci ajoute que « le Polisario, depuis sa naissance et jusqu’à ce jour, combat pour son indépendance dans le strict respect du droit international et des conventions internationales relatives à ces questions ».

Si le légalisme du Polisario et du peuple sahraoui ne fait aucun doute pour tous, il est en revanche difficile d’en dire autant pour les dirigeants du royaume chérifien, en effet si sont trafic de drogue planétaire, maintes fois dénoncé par l’ONU, ses services secrets n’ont jamais hésité à « traficoter » dans ces zones grises où a frontière est diffuse entre terrorisme et espionnage.

Le scandale Pegasus en est une preuve formelle et irréfutable. Et, comme si cela ne suffisant pas, il est également de notoriété publique que Rabat n’hésite pas à financer et à armer les terroristes sanguinaires, tel qu’elle l’avait fait pour les criminels du GIA durant la décennie 1990.

En effet, le MUJAO (mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’ouest, est une pure création des services secrets marocains, comme nous l’avait conformé Taleb Omar, ambassadeur sahraoui en Algérie, dans un entretien accordé à La Patrie News.

Le MUJAO se trouve notamment derrière l’enlèvement d’humanitaires européens, des attentats à la bombe à Tamanrasset  et Ouargla, mais aussi et surtout l’assassinat de nos diplomates basés à Gao, au Mali. Créé et dirigé par l’énigmatique Ould Khero, il a fini par disparaitre et se fondre dans la nature une fois accomplies ses criminelles missions, mais aussi et surtout parce que ses liens avec les services d’Abdellatif Hammouchi devenaient par trop voyants…

Kamel Zaidi