L’administration aspire à disjoindre le dossier du Sahara occidental des accords d’Abraham

L’administration aspire à disjoindre le dossier du Sahara occidental des accords d’Abraham

La question du Sahara occidental occupé s’est invitée au dernier point de presse animé par le porte-parole de la diplomatie américaine. Hier mercredi, des questions directes, à ce sujet, ont été posées par des journalistes à Edward Price.

En réponse, il a précisé que l’administration Biden « poursuit discrètement ses consultations avec les parties sur la meilleure façon de mettre fin à la violence et de parvenir à un règlement durable » du conflit au Sahara occidental.

« Je n’ai rien à annoncer. Cependant, je conteste sans ambages la qualification alléguant qu’il existe une continuité de l’approche de la précédente administration dans la région (par rapport à la question du Sahara occidental occupé) », a-t-il expliqué.

Edward Price a ajouté que la question a été discutée avec le Maroc, l’Espagne et les acteurs régionaux. « Je pense que plus généralement, il y a très peu de continuité (avec la politique de l’administration Trump) », a-t-il fait savoir.

C’est alors qu’un journaliste a exposé les choses on ne peut plus clairement : « Êtes-vous revenus sur la reconnaissance de la marocanité du Sahara (proclamation de Donald Trump ». « Il y a une certaine discontinuité entre l’approche que nous adoptons et celle de l’administration précédente », a rétorqué le porte-parole du secrétaire d’Etat américain.

Skander Boutaiba