L’Algérie augmente ses importations de blé russe

L’Algérie augmente ses importations de blé russe

Désormais, le blé russe est en train de se tailler une place sur le marché algérien. Selon Reuters qui cite l’organisme russe de surveillance de la sécurité agricole, la Russie a envoyé en Algérie, la semaine dernière, un navire avec plus de 30 000 tonnes de blé.

Premier exportateur mondial de blé, la Russie a fait du forcing « pour accéder au marché algérien et prévoit d’envoyer deux navires avec un total de 60 000 tonnes ce mois-ci », d’après la même agence qui cite des sources proches de ce dossier.

Si le premier navire est parti du port de Taman, situé sur la mer Noire, « le deuxième est en cours de chargement », a révélé Rosselkhoznadzor, un surveillant. « Les normes de qualité du grain, qui répondent pleinement aux exigences du pays (l’Algérie), ont été confirmées par des spécialistes » de l’organisme de surveillance russe, a-t-il ajouté.

Au mois de juin, l’Algérie a acheté 28 500 tonnes de blé à la Russie. Il est nécessaire de préciser, par ailleurs, que ces deux nouvelles expéditions constituent la première grande livraison de blé russe depuis 2016.

Globalement, la France reste le premier exportateur de blé vers l’Algérie. Sa place de fournisseur est toutefois menacée en raison de l’ouverture des autorités sur d’autres offres. Selon une note d’infos d’Agreste, le service statistique du ministère français de l’Agriculture, datant du 11 août dernier, l’Algérie tend à diminuer ses importations de blé français d’année en année.

Skander Boutaiba