Lamine Osmani, président du parti  Sawt  Echaab :  : « Il est temps de restituer au peuple  la confiance perdue »

Lamine Osmani, président du parti  Sawt  Echaab :  : « Il est temps de restituer au peuple  la confiance perdue »

 Présent en force dans 55 wilayas du pays en plus des trois sur quatre circonscriptions en France, le parti que préside Lamine Osmani est en voie d’être parmi les partis qui marqueront les législatives du 12 juin prochain.

En effet, contacté par nos soins, Lamine Osmani qui s’affairait à terminer les derniers réglages avant l’entame de la campagne électorale devant avoir lieu demain jeudi, nous a indiqué que sur les 58 wilayas du pays , le parti sera présent en force dans 55  d’entre elles et compte également des candidats à Beni Abbès et Djanet.

Questionné à propos du discours approprié pour faire adhérer le maximum de votants, Lamine Osmani a indiqué :   « nous avons besoin d’un nouveau mode de gestion adapté aux attentes du citoyen et de travailler pour rétablir la confiance en réduisant l’écart entre l’administration et ce dernier et ce, par le choix de personnes appropriées qui utilisent un discours franc et sincère ».

Pour notre interlocuteur qui croit fermement à la naissance de l’Algérie nouvelle, « il est primordial que le citoyen participe en masse à cette joute électorale qui selon lui, sera véritablement la mise sur pied d’une nouvelle Assemblée nationale loin de tout calcul politicien et où l’intérêt du pays doit être le dénominateur commun entre les députés.

En soulignant  que  sa formation politique, qui est « née en plein Hirak populaire pacifique », le président du parti Sawt Echaab entend devenir « une force de proposition et participer avec un courage politique et éthique, dans l’édification d’institutions nationales, démocratiques, populaires, transparentes et fortes ». Sur un autre volet, Lamine  Osmani a exhorté les Algériens à lutter contre le régionalisme, rappelant à ce propos que « les moudjahidine de la glorieuse Révolution de novembre 1954 n’avaient qu’une seule et unique devise, l’Algérie et seulement elle ».

« Notre parti va investir les prochaines législatives avec un programme politique reflétant les véritables revendications du peuple et les spécificités de chaque région du pays », a-t-il affirmé par ailleurs, ajoutant que celui-ci (parti) œuvre en vue « de faire partie des équations politiques de la scène nationale, et non un parti de soutien ». « Rendre au peuple la confiance perdue est l’un des objectifs de notre parti » a conclu M. Osmani.

L’urgence d’un  dialogue palestino-palestinien

Par ailleurs, désireux de connaitre la position de son parti quant à ce qui se déroule comme atrocités  à Ghaza en Palestine   où le peuple palestinien subit dans sa chair les atrocités de l’entité sioniste, Lamine  Osmani outré, a indiqué que «  il est temps pour les factions palestiniennes de s’unir autour de l’idéal qu’est celui de la libération de la Palestine avec Ghaza comme capitale.

Pour notre interlocuteur qui salue bien bas  le travail gigantesque que déploie la diplomatie algérienne à sa tête  le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, il est temps pour les Palestiniens de prendre en charge leur destinée par la voie diplomatique,  car ce conflit qui dure dans le temps doit connaître son épilogue.

Propos recueillis par Ferhat Zafane