L’arbitre marocain Guezzaz pour arbitrer Burkina Faso-Niger (Mondial 2022) : L’Algérie proteste contre le complot de la CAF

L’arbitre marocain Guezzaz pour arbitrer Burkina Faso-Niger (Mondial 2022) : L’Algérie proteste contre le complot de la CAF

La politique « sportive » dit-on, pour ne pas confondre avec la « politique politicienne », est toujours de mise dans le « sommet » du football mondiale. Et la dernière décision de la Confédération africaine de football (CAF) ainsi que la Fédération internationale de la même discipline la FIFA de désigner un arbitre marocain pour diriger un match du groupe « A » où l’Algérie est leader en compagnie du Burkina Faso en est la meilleure preuve.

Et pour mieux comprendre la situation, il y a lieu d’abord de noter que le monde entier connait la très mauvaise relation entre l’Algérie et le Maroc que ce dernier a envenimé récemment. Mais cela n’a pas empêché les « deux organisateurs » du Mondial 2022 pour la zone Afrique de désigner l’arbitre marocain Samir Guezzaz pour diriger le prochain match du Burkina Faso contre le Niger pour le compte de la 5è journée des éliminatoires de la Coupe du Monde.

Ensuite, il faut rappeler que le président de la Fédération royale marocaine de football, Fouzi Lekjaa, a été élu, en mars dernier à « Rabat », membre du Conseil de la Fédération internationale de football (FIFA), lors de la 43ème Assemblée générale ordinaire (AGO) et élective de la Confédération africaine de football (CAF). Toutefois, le président de la Fédération algérienne de football (FAF) Kheireddine Zetchi, a décidé de retirer sa candidature.

Lekjaa est donc le deuxième vice-président de la CAF et occupe, en outre, plusieurs fonctions au sein des instances et commissions du football mondial et continental. Il est président de la commission des finances de la CAF et vice-président de la commission d’organisation des compétitions inter-clubs et de la gestion du système d’octroi des licences de clubs au sein de la CAF, en plus de siéger à la commission de gouvernance de la FIFA.

Ainsi donc et pour comprendre la main mise du marocain, on remarque que non seulement le match est prévu au Grand stade de Marrakech au Maroc, mais il sera dirigé par un arbitre du même pays où la domiciliation a été arrêtée par la CAF et la Fifa.

Or, tout le monde connait la procédure de qualification au Mondial 2022 prévu au Qatar d’où il ressort justement que le Maroc serait un rival des Verts lors d’un prochain tour.

De plus, il faut savoir que du côté du Burkina Faso, qui doit rencontrer l’Algérie lors de la 6è et dernière journée des qualifications de ce groupe « A », 9 joueurs des Etalons sont sous le coup d’une suspension dans le cas où ils recevraient un avertissement contre le Niger. Ce qui du côté algérien, on s’inquiète vraiment de l’impartialité de l’arbitre marocain dans ce match qui pourrait être bien clément avec les joueurs burkinabés pour ne pas leur infliger des cartons synonymes de suspension contre l’Algérie pour l’ultime match du groupe prévu le 16 novembre prochain au stade Mustapha Tchaker de Blida dont la pelouse vient d’être remise en très bon état.

Et c’est donc pour assurer l’éthique, la Fédération algérienne de football a envoyé une lettre de réclamation officielle auprès de la Confédération africaine de football (CAF) contre la nomination de l’arbitre marocain Guezzaz pour le match du Burkina Faso face au Niger le 12 novembre prochain au Grand Stade de Marrakech alors que les Verts défieront Djibouti au Cairo Stadium du Caire, le même jour à 15h.

 Belmadi branché sur la CAN du Cameroun

Cette situation intervient au moment où le sélectionneur national, Djamel Belmadi, qui ne laisse rien au hasard est déjà branché sur la préparation de la participation des Verts à la Coupe d’Afrique des nations CAN-2021(reportée à 2022, ndlr) au Cameroun (9 janvier – 6 février).

Et justement dans la perspective d’évoquer les préparatifs de la participation de la sélection nationale à cette CAN-2021, la CAF a organisé jeudi dernier une réunion en visioconférence avec les représentants de la FAF.

La FAF a indiqué sur son site officiel que lors de cette réunion, « tous les points liés au séjour des champions d’Afrique lors de cette compétition ont été passés en revue par les officiels de la CAF à l’aide de présentations thématiques relatives à l’hébergement, les séances d’entraînement, le volet médical, la VAR (assistance vidéo à l’arbitrage), le volet médical, le contrôle antidopage, le transport, les accréditations, le marketing, les activités médiatiques, la sûreté et la sécurité, et bien d’autres sujets et détails particuliers ».

 Une liste élargie de 30 joueurs doit être transmise à la CAF avant le 30 décembre 2021, avec la possibilité de remplacement d’un joueur blessé, durant la compétition. La numérotation des maillots se fera du 1 au 23, voir plus au cas où la sélection disposera de joueurs supplémentaires, précise la même source.

Par ailleurs, chaque équipe bénéficiera de trois remplacements au cours du match, plus un quatrième lors des prolongations. Le banc de touche est pourvu de douze (12) sièges, dont huit (08) pour les officiels, et quinze (15) sièges derrière le banc.

Par ailleurs et contrairement à la dernière CAN-2019 en Egypte, le recours à la technique de la VAR débutera cette fois-ci dès le premier match du premier tour (phase de poules) et portera sur quatre (04) aspects : les buts, les cartons rouges, les penalties et l’identité du joueur à sanctionner.

Enfin à rappeler que l’Algérie, championne d’Afrique en titre, évoluera dans le groupe E, en compagnie de la Sierra Leone, la Guinée équatoriale, et la Côte d’Ivoire. Les « Verts » entameront la défense de leur titre, le mardi 11 janvier 2022, en affrontant la Sierra Leone, au stade de Japoma à Douala (14h00, algériennes), avant de défier la Guinée équatoriale, le dimanche 16 janvier 2022 à Douala (20h00), puis la Côte d’Ivoire, le jeudi 20 janvier 2022, sur le même stade (17h00).

Saïd B.

Articles récents

Articles similaires