Le CNDH loue la place accordée à l’enfant par la nouvelle Constitution

Le CNDH loue la place accordée à l’enfant par la nouvelle Constitution

Dans un communiqué à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance (20 novembre), le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a loué ce jeudi la place accordée à l’enfant par la nouvelle Constitution, approuvée lors du référendum du 1er novembre dernier.

Selon le CNDH, la révision constitutionnelle a attribué « une place particulière » à cette catégorie vulnérable, notamment l’article 71 qui stipule que la famille, la société et l’Etat ont pour obligation de prendre en charge ladite catégorie.

Dans ce contexte, le CNDS a appelé les acteurs institutionnels et non institutionnels activant dans le domaine de la protection de l’enfant, à « exploiter ce texte constitutionnel pour lancer des initiatives de suivi et de surveillance et de veiller à la mise en œuvre de ses dispositions ».

Le CNDH a réitéré son appel « urgent » à l’adresse de toutes les parties concernées par la protection des enfants, « à la nécessité d’œuvrer sans relâche, à traduire sur le terrain le contenu des textes juridiques et réglementaires importants mis en place par l’Etat algérien au profit de cette catégorie, ainsi que les conventions internationales et régionales ratifiées par l’Algérie ».

Enfin, le CNDH a relevé « l’importance de redoubler d’efforts afin d’assurer aux enfants et à leurs familles un climat propice où règnent sérénité et perspectives d’un avenir meilleur ».

Skander Boutaiba