Le FJD à propos de la rupture des relations s avec le Maroc : « Une décision ferme et énergique »

Le FJD à propos de la rupture des relations s avec le Maroc : « Une décision ferme et énergique »

Le Front de la Justice et du développement (FJD) a affirmé samedi que la rupture des relations diplomatiques avec le Royaume du Maroc était une décision « ferme et énergique » de l’Etat algérien venue « mettre un terme aux provocations du Makhzen ». Présidant l’ouverture de la session ordinaire du Conseil consultatif du FJD à Baba Hassen (Alger Ouest), le président du cette instance consultative, Lakhdar Benkhelaf, a qualifié la décision des autorités algériennes de rompre les relations diplomatiques avec le Royaume du Maroc de « ferme et énergique venue mettre un terme aux incessantes provocations et autres agissements du Makhzen ». « Le Maroc a pris goût à la provocation du peuple algérien par ses agissements et via ses représentants aux Nations Unies et dans d’autres tribunes (…) et l’Algérie a longtemps attendu que ce voisin corrige ses pratiques, mais en vain », a-t-il relevé estimant que « par l’annonce de la normalisation avec l’ennemi sioniste, le Maroc cherche à se cacher derrière cette entité pour s’en prendre à l’Algérie ». Il a, à cet égard, appelé le peuple marocain à « renforcer ses relations avec le peuple algérien et à construire cette unité en rejetant les agissements du régime du Makhzen, à l’origine de nombreux problèmes ». Par ailleurs, M. Benkhelaf est revenu sur les préparatifs en prévision des élections locales du 27 novembre prochain, mettant en avant la nécessaire révision de la loi électorale. Pour lui, les amendements introduits étaient « décevants » citant en exemple la question de « la parité hommes-femmes sur les listes électorales » et « la collecte de signatures dans les communes de moins de 20.000 habitants ». Aussi, a-t-il appelé l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) à examiner la proposition du FJD concernant « l’exemption des partis ayant déjà récolté les signatures requises pour les législatives de cette procédure pour les locales », et ce, en respect des mesures préventives contre la propagation de la Covid-19.

R.N.