Le Maroc ment sur toute la ligne

Implantation d’une caserne militaire à nos frontières

Le Maroc ment sur toute la ligne

L’Algérie devra lancer, prochainement, le projet de construction d’une base militaire «stratégique et importante» à la frontière ouest du pays, plus précisément près de la frontière avec le Maroc, confirment des médias citant « des sources sûres ».

Cette décision est une réponse (toute légitime) à la « décision du Maroc, annoncée le mois de mai dernier, de construire une base militaire à quelques kilomètres de la frontière avec l’Algérie ». 

« Cette structure sera conçue dans le but de protéger les frontières du pays et la sécurité nationale contre les risques et menaces directs », précise-t-on de mêmes sources.

Les Forces armées royales avaient précisé fin mai qu’il s’agissait d’une simple caserne à Jerada…Seulement, les Marocains habitués aux mensonges et aux magouilles depuis des lustres, n’inspirent pas confiance puisque des experts israéliens contribueraient à la réalisation de la base en question qui s’étend sur 23 ha et qui serait en fin de compte « bourrée de matériel électronique de pointe fourni par l’entité sioniste », assurent plusieurs médias.

« Cette base militaire ne comporte pas que du matériel informatique, embarquant une technologie de pointe, ce qui est dangereux et inacceptable en soi, (il est en effet question de matériel balistique), assure le Courrier d’Algérie dans sa livraison de ce jeudi 25 juin.

Ces révélations n’étonnent en aucun cas, sachant que le Maroc a déjà fait appel à son allié de toujours, la France, dans la cadre de sa guerre silencieuse menée contre l’Algérie.

L’on se rappelle qu’en novembre 2018, le Maroc avait lancé, à partir de la base française en Guyane, un satellite baptisé «Mohammed VI – B».

L’ambassadeur marocain à l’ONU, Omar Hilale, n’avait pas d’ailleurs, caché l’objectif principal de la mise en orbite dudit satellite affirmant que «les images de ce satellite permettront de connaître et de traquer les moindres mouvements et déplacements des séparatistes du Polisario, et ce, chaque jour, chaque minute et chaque seconde». En réalité les Marocains voulaient tout savoir des positions de l’armée algérienne.

Dans les faits, la traîtrise marocaine ne date pas d’aujourd’hui. Il faudrait assurément rappeler au « Commandeurs des Croyants » que c’est son défunt père Hassen II qui, en 1973, avait trahi les dirigeants arabes durant la guerre des six jours.

C’est le Maroc en effet qui se trouve derrière la tristement célèbre débâcle arabe face aux criminels sionistes.  Les Marocains avaient également fourni à Israël l’accès secret aux délibérations de la conférence du Sommet arabe à Casablanca en septembre 1965.   

S’unir avec le diable s’il le faut contre….l’Algérie

Les israéliens avaient été également associés pour ériger le plus long mur de sable dans le monde (2600 kms), coupant en deux le territoire du Sahara occidental, dernière colonie en Afrique. La position inchangée de l’Algérie envers la question sahraouie, « une question de décolonisation » comme ne cesse de mentionner l’ONU dans ses rapports, n’a jamais été du goût du Royaume chérifien.

 

Le Maroc qui occupe en effet illégalement 80% des territoires du Sahara Occidental voulait faire de même avec l’Algérie, alors qu’elle sortait à peine du joug colonial français. C’était en octobre 1963 lorsque le Maroc tenait à annexer Bechar et Tindouf.  Depuis, c’est la hantise du « Grand Maroc ».

En 2013, pour ne rappeler que cet épisode, le secrétaire général du Parti l’Istiqlal, Hamid Chabat, a appelé clairement à mener une guerre contre l’Algérie afin de récupérer les régions de Tindouf et de Béchar.  Une énième provocation marocaine. Pourtant, jusque-là, aucun des responsables algériens n’a voulu tomber dans la polémique, usant à chaque fois de sagesse devant les provocations répétitives des Marocains. Le 19 décembre 2019, au lendemain de son élection à la magistrature suprême, Abdelmadjid Tebboune n’a pas omis dans son allocution prononcée après la cérémonie de prestation de serment, de noter encore une fois que le dossier du Sahara Occidental est une «question de décolonisation» relevant de l’Organisation des Nations Unies et de l’Union africaine, soulignant qu’elle ne doit «pas envenimer les relations avec les frères marocains». «L’Algérie œuvrera à préserver le bon voisinage et raffermir ses relations fraternelles avec les pays du Maghreb arabe», avait affirmé le Président Tebboune.     

 

Farid Houali

LIRE AUSSI:

http://lapatrienews.dz/lever-les-obstacles-entr-avant-lessor-du-produit-national/