Le personnel portuaire italien refuse d’être complice du massacre du peuple palestinien

Le personnel portuaire italien refuse d’être complice du massacre du peuple palestinien

L’Union syndicale di Base (USB), un syndicat italien de travailleurs portuaires, a indiqué que le personnel portuaire «refuse de charger une cargaison d’armes à destination d’Israël», et que «le port de Livourne ne sera pas complice du massacre du peuple palestinien».

Le navire «contenait des armes et des explosifs qui serviront à tuer les civils palestiniens», déjà victimes d’agression brutale qui a fait des centaines de victimes civiles, dont de nombreux enfants.

Un rapport de de l’organisation non-gouvernemental «The Weapon Watch», basée à Gênes qui surveille les expéditions d’armes dans les ports européens et méditerranéens, a informé le syndicat de la destination du navire et de son contenu.

L’ONG a exhorté le gouvernement italien à se demander s’il suspendait une partie ou la totalité des exportations militaires italiennes vers les zones de conflit israélo-palestinien.

Bien que la cargaison ait finalement entrepris son voyage vers Naples, alors que la plupart des autres travailleurs portuaires continuaient à charger le navire, d’autres groupes de travailleurs italiens ont appelé à «une coordination accrue» entre le personnel portuaire pour empêcher l’expédition d’armes qui pourraient être utilisées pour bombarder Ghaza.

A l’instar de plusieurs villes européennes, des manifestations ont eu lieu en Italie cette semaine, pour protester contre l’agression israélienne à Ghaza qui a fait plus de 200 morts depuis le 10 mai.

En moins de 24 heures, Deux familles palestiniennes ont péri à Ghaza, lors des bombardements sionistes, tuant plus de 17 personnes dont 13 enfants et trois femmes.

R.M