Le président Tebboune : « malgré la conjoncture, l’économie nationale est en croissance »

Le président Tebboune : « malgré la conjoncture, l’économie nationale est en croissance »

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a accordé un entretien aux représentants de médias nationaux. Bien sûr, la situation économique du pays est au cœur de l’entrevue.

D’emblée, le président Tebboune a affiché son optimisme quant à l’avenir de l’économie du pays. « En dépit de la conjoncture marquée par la crise du coronavirus, nous ne sommes pas allés à l’endettement », a-t-il rappelé. Et d’ajouter, « Il y a une amélioration de l’aveu de tous, y compris le FMI et la Banque mondiale ».

Le président de la République a, dans ce sens, révélé une estimation plus que positive de la croissance de l’économie algérienne durant l’année en cours. « Selon les chiffres, la croissance sera de l’ordre 3,8% (année 2021). S’il y a croissance, il y a relance de l’économie », a-t-il expliqué.

Pareil, les investissements et les crédits octroyés aux opérateurs économiques sont en hausse. « Environ 1600 milliards de dinars », a-t-il fait savoir.

Grâce à « cette dynamique », les réserves de change se maintiennent bien malgré la conjoncture. « Nous sommes dans une phase ascendante. Nous sommes à 44 milliards de dollars. Donc, nous couvrons toutes nos importations. Rien que pour lutter contre le coronavirus, nous sommes à trois milliards de dollars », a-t-il détaillé.

Certes, ce « n’est pas suffisant » comme l’affirme le chef de l’Etat mais « c’est le début d’une nouvelle phase économique ». « Depuis 25 ans, nous avons atteint 2,1 milliards de dollars d’exportation hors hydrocarbures. A la fin de l’année, nous atteindrons 4 à 5 milliards de dollars », a-t-il prévu.

Enfin, le président est revenu sur la relance des investissements mettant l’accent sur la stabilité des textes réglementaires. « Ils devraient rester en vigueur au moins dix ans », a-t-il préconisé.

Skander Boutaiba