Le secrétaire général du RND appelle à revoir les avantages accordés aux députés

Le secrétaire général du RND appelle à revoir les avantages accordés aux députés

En campagne à Oran, Tayeb Zitouni, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), a appelé à revoir les avantages accordés aux députés. Car, selon lui, c’est la seule solution pour aller vers une Assemblée populaire nationale (APN) « forte ».

« Des salaires de 27 millions sans se rendre à l’APN, sans défendre l’unité nationale, nous proposerons de revoir tous les avantages obtenus par les députés », a-t-il soufflé, hier samedi, d’après Le Soir d’Algérie.

Tayeb Zitouni semble avoir trouvé son cheval de bataille en plaidant pour une révision des avantages des députés. Une position que beaucoup d’Algériens expriment.

« Nous voulons une Assemblée nationale forte, qui soit tel un gilet pare-balles à tous ces dangers. Une Assemblée nationale riche par sa classe politique avec une conscience politique, pas seulement des membres d’assemblée qui lèvent la main pour dire oui à tout ce qui vient du régime politique. La politique se fait par les politiciens et par des partis politiques », a-t-il ajouté.

Sur les législatives, le patron du RND a expliqué qu’elles intervenaient dans « un contexte difficile. « Le passage vers une nouvelle Algérie n’est pas chose facile. Beaucoup de défis nous attendent, mais il y a aussi des dangers et des complots qui nous guettent », a-t-il expliqué.

Il a défendu l’idée d’une restructuration de ce qu’il appelle « le front national » pour faire face aux ennemis de l’Algérie. Ces derniers ont trouvé par le passé une classe politique faible qui n’a pas résisté à leurs tentatives de déstabilisation, selon lui.

« Il faut que la classe politique soit consciente des enjeux, au lieu d’assister à des querelles et des accusations mutuelles entre partis pour obtenir des sièges », a-t-il pointé.

Devant les militants du RND de six wilayas de l’ouest algérien, Tayeb Zitouni a espéré que  l’élection se déroule d’une manière transparente.

Skander Boutaiba