Le taux de participation vu par les analystes : «« l’Algérie entre, de plain pied, dans le système démocratique »

Le taux de participation vu par les analystes : «« l’Algérie entre, de plain pied, dans le système démocratique »

Mustapha Heddam, analyste politique, a indiqué ce matin du dimanche  13 juin au micro de la Radio nationale que : « Le taux de participation aux législatives reflète une avancée démocratique à inscrire au crédit de l’ANIE et des pouvoirs publics. Nous ne sommes plus dans les chiffres gonflés et les taux staliniens mais bien en présence des chiffres réels ».

Plus enclin à étayer ses propos Mustapha Heddam est revenu sur l’historique de l’organisation des élections sous la houlette de Mohamed Charfi affirmant que « c’est la troisième fois que nous avons des élections organisées d’une manière indépendante par l’ANIE. Crescendo, nous avons remarqué la vérité des chiffres ».

Ainsi, pour Mustapha Heddam, « l’Algérie entre, de plain pied, dans un système démocratique.»

L’analyste politique exclut la thèse selon laquelle ce taux de 30,20% soit le résultat des appels au boycott. Selon lui, ce taux reflète la réalité que « les algériens votent peu » et constitue ainsi « une avancée démocratique.»

Pour autant, Mustapha Heddam rappelle que ce taux national de participation reste un taux préliminaire. « Mohamed Charfi a commencé par préciser qu’il fallait encore consolider les chiffres pour obtenir les taux définitifs de participation».

Cette analyse que partagent un grand nombre d’observateurs nationaux et même de l’étranger est la preuve tangible que l’Algérie nouvelle qui se construit a besoin peut être un peu de temps pour y arriver mais elle y arrivera grâce à ses enfants et la direction éclairée de ses dirigeants.

Ferhat Zafane