Législatives : « Un rendez-vous qu’il faut saisir »,  selon les candidats

Législatives : « Un rendez-vous qu’il faut saisir »,  selon les candidats

Au cinquième jour de la campagne électorale pour les prochaines législatives, les candidats en course réitèrent leurs appels aux citoyens  pour qu’ils  saisissent cette opportunité pour choisir des représentants à la chambre basse capables de traduire leurs aspirations.

Au cours d’un meeting populaire tenu à Tissemssilt, le secrétaire général du Front de l’Algérie nouvelle  a considéré que «les prochaines élections législatives constituent un choix stratégique et un rendez-vous déterminant qu’il faut réussir», appelant à «se rendre en force vers les bureaux de vote, le 12 juin prochain, pour participer à l’édification de l’Algérie nouvelle.

Le parti Front de la justice et du  développement (FJD) œuvre à «restituer» à l’Assemblée populaire nationale son rôle de législateur, a affirmé depuis Oum El Bouaghi, Lakhdar Benkhellaf.

  1. Benkhellaf, a souligné que le FJD a «choisi des candidats compétents capables de faire de la futur assemblée élue une instance législative non une fonction législative».

La participation du parti  « Voix du Peuple » est motivé par sa volonté de moraliser l’activité politique» dans le pays, a estimé son président Lamine Osmani .

Animant un meeting populaire à Mascara, le responsable de cette formation politique a indiqué que son parti défend ce principe et déplore toutes les  pratiques négatives enregistrées dans le passé sur la scène politique, à  l’instar de la question des promesses irréalisables et la logique de louer  des candidats, sans tenir compte de leurs niveaux».

Par ailleurs, il a appelé les citoyens à «participer en force à ce rendez-vous électoral important, car il doit donner lieu à un parlement dont la première mission est de former un gouvernement de majorité qui sera issue des urnes».

Depuis la wilaya de Guelma où il a rencontré les sympathisants de son parti,  le SG du Rassemblement National Démocratique (RND),Tayeb  Zitouni a considéré que «le changement du système de gestion des collectivités locales constituera un des points fondamentaux qui seront soulevés par les députés du parti au sein de la future Assemblée populaire nationale».

A M’sila, le président du Front El-Moustakbel, Abdelaziz Belaid, a  Souligné, lui aussi,  l’importance des élections législatives dans l’édification des  institutions de la nouvelle Algérie.

A ce titre, M. Belaid a appelé les Algériens et la classe politique à «oeuvrer pour la construction d’un Etat fort à travers ses institutions pour sortir de la crise socio-économique que traverse le pays».

De son côté, le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, a souligné lors d’un meeting à Jijel que «le député élu par le peuple œuvrera à exercer pleinement ses missions, car il devra rendre compte à ceux qui l’ont élu», notant que des «défis multiples attendent les futurs députés», dont le plus  important sera celui de «demeurer à l’écoute du peuple, relayer sa voix et  défendre ses revendications».

Le président du Mouvement El Islah, Filali Ghouini, a tenu à rappeler depuis Bechar, que «le projet de l’Algérie nouvelle est une démarche qui vise la consécration de l’Etat de droit, des libertés et des institutions populaires élues et légitimes, et la consécration d’une véritable citoyenneté basée sur un équilibre entre droits et devoirs, de même qu’une justice indépendante».

Les candidats indépendants en lice pour les prochaines législatives, ont quant à eux, opté pour des campagnes virtuelles pour expliquer aux citoyens leurs programmes électoraux à travers notamment  les réseaux sociaux.

R.M