Libye, Sahara occidental : nécessité de nommer des envoyés onusiens

Libye, Sahara occidental : nécessité de nommer des envoyés onusiens

Le diplomate et ancien émissaire onusien, Lakhdar Brahimi a mis en avant le rôle central de l’Organisation des Nations Unies (ONU) dans la résolution des conflits dans le monde, exprimant son souhait de voir la nomination d’envoyés onusiens pour la Libye et le Sahara occidental.

Dans une interview accordée à «Russia Today», M. Brahimi a dit regretter profondément le non-aboutissement, jusqu’à ce jour, des négociations entre les deux parties en conflit (Maroc et Front Polisario), soulignant les appels constants au retour aux négociations dans le cadre du règlement onusien pour un accord accepté de tous.

«Je pense que si le Maroc avait négocié de bonne foi avec le Front Polisario de la même façon qu’avec les Etats-Unis pendant deux ans sur le Sahara occidental, cela aurait été mieux pour les deux parties en conflit», a-t-il dit.

Et d’ajouter que «le Secrétaire général de l’ONU a trop tardé à nommer un envoyé pour la région. Le Conseil de sécurité n’est pas en mesure d’assumer sa responsabilité en matière de sécurité et de paix dans le monde, cela se traduisant par l’échec de ses membres à s’entendre sur un émissaire au Sahara occidental. C’est très regrettable».

«L’ONU, qui a célébré le 75e anniversaire de sa création, a prouvé au cours des dernières années sa capacité de contribuer à la résolution des problèmes du monde, en particulier les problèmes majeurs. Cela dépend, toutefois, de ses membres et de l’aide et du soutien qu’elle reçoit», a expliqué le diplomate.

Le Conseil de sécurité de l’ONU, principale institution de l’ordre international, «est devenu dernièrement impuissant et complètement incapable de s’entendre sur quoi que ce soit», a-t-il regretté.

A.O