Médaille « Achir » : Le président Tebboune distingue Athmane Ariouet et le regretté Kaddour Darsouni

Médaille « Achir »

Le président Tebboune distingue Athmane Ariouet et le regretté Kaddour Darsouni

 

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a décidé, ce dimanche 19 juillet, de décerner deux médailles de l’ordre du mérite national au rang de « Achir », la première, au grand comédien Athmane Ariouet et la seconde, à titre posthume, au maître du malouf, Cheikh Kaddour Darsouni.

Très apprécié du grand public, Athmane Ariouet a fait le bonheur des petits et des grands durant des décennies en campant des personnages hauts en couleurs dans des films où l’humour à la sauce algérienne était toujours au rendez-vous. De « Ayla ki nass » à « Clandestin », en passant par « Carnaval fi dechra », « De Hollywood à Tamanrasset » ou « Er Roubla », pour ne citer que ces quelques titres, Athmane Ariouet a su apporter une valeur ajoutée à toutes les productions cinématographiques dans lesquelles il a été distribué grâce à sa spontanéité et son sens inégalé de l’improvisation.

Aujourd’hui, âgé de 71 ans, le comédien natif de Barika, dans la wilaya de Batna, demeure absent du petit écran, au grand dam de ses fans. Espérons un prochain retour sur le devant de la scène.

Grand maître du malouf constantinois, cheikh Kaddour Darsouni nous a quittés le 20 avril dernier à l’âge de 93 ans.

Le maître a fait son initiation musicale dès 1933 sein de l’association « Mouhibi el Fen ». Sa rencontre avec cheikh Khodja Bendjelloul en 1943 lui permet de trouver définitivement sa voie et vocation dans le malouf. Consacrant toute sa vie à la préservation de cet héritage musical séculaire, il va enregistrer en 1998 dix noubate du patrimoine malouf interprétées par El Hadj Mohamed Tahar Fergani et Abdelmoumen Bentobbal.

Pour rappel, l’Ordre du Mérite national a été institué en 1984. Il récompense les services éminents rendus au pays dans le domaine civil, public ou militaire. Il est aussi destiné aux citoyens « ayant contribué à rehausser le prestige du pays ».

L’ordre du Mérite comprend trois grades (Achir, Djadir et Ahid) et troi dignités (Athir, Amid et Sadr).

Lamia B.

 

Articles récents

Articles similaires