Médiation algérienne dans le dossier du barrage du Nil: les déclarations de la partie soudanaise « très positives »

Médiation algérienne dans le dossier du barrage du Nil: les déclarations de la partie soudanaise « très positives »

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a indiqué mardi à Alger que la partie soudanaise avait exprimé une position « très positive » concernant les efforts consentis par l’Algérie dans le cadre de sa médiation dans le dossier du barrage de la renaissance. A une question sur la médiation de l’Algérie dans le dossier du barrage de la renaissance, lors d’une conférence de presse animée avec son homologue libyenne, Najla El Manqoush, au terme de la réunion des pays voisins de la Libye, M. Lamamra a précisé que les déclarations du Premier ministre soudanais, Abdalla Hamdok, étaient « très positives » puisqu’il a salué les efforts de l’Algérie dans ce dossier. Cela encourage l’Algérie à poursuivre ses efforts dans ce sens jusqu’au règlement du différend, a-t-il ajouté. En effet, le Premier ministre soudanais, Abdalla Hamdok, a salué l’initiative entreprise par l’Algérie pour résoudre la crise du barrage de la renaissance, prévoyant qu’une « solution à cette crise sera trouvée prochainement dans le cadre du droit international ». Dans une interview accordée à la chaîne de télévision saoudienne « Al Sharq », M. Hamdok a affirmé que son pays « apprécie les efforts des dirigeants algériens » dans le cadre de l’initiative visant à résoudre la crise du barrage de la renaissance. Il a indiqué, toutefois, que « le Soudan sera exposé à un grand danger s’il arrivait quoi que ce soit au barrage de la renaissance éthiopien », précisant qu’il n’existe pas de « solution militaire » pour les différends avec l’Ethiopie au sujet des frontières ou du barrage. Ayant conduit avec succès plusieurs médiations internationales pour le règlement de nombreuses crises, et souhaitant parvenir à une solution à la crise du barrage, l’Algérie a lancé récemment une initiative pour la tenue d’une rencontre entre l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie en vue de régler leurs différends autour de ce dossier. Cette démarche a été favorablement accueillie par ces deniers. Le 8 août, le Président Tebboune s’était dit « optimiste » quant au succès de l’initiative algérienne concernant ce dossier, appelant les pays concernés à « coopérer » et à faire prévaloir la raison pour un règlement pacifique de la crise. M. Lamamra a effectué, fin juillet, une tournée africaine qui l’a conduit en Ethiopie, au Soudan et en Egypte pour connaitre les positions des parties directement concernées par le dossier et s’enquérir des développements dans la région. Lors d’une conférence de presse après sa tournée, M. Lamamra a affirmé que « l’Algérie est disposée à aider l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie à revenir à une situation normale dans les négociations sur le barrage de la Renaissance », afin de parvenir à une entente qui permette aux trois peuples de bénéficier de cette ressource précieuse de manière organisée, transparente et équitable ».

R.N.