Militantes US expulsées de force : Une ONG sahraouie rappelle à Biden ses promesses   

Militantes US expulsées de force : Une ONG sahraouie rappelle à Biden ses promesses   

La Commission Nationale Sahraoui des Droits Humains (CONASADH) a appelé le Président américain, John Biden, à honorer ses engagements lors de sa campagne électorale de faire du « respect des droits de l’Homme le centre de la politique étrangère de son Administration », en référence à l’expulsion, lundi dernier depuis l’aéroport d’El Ayoun, des trois activistes pacifistes américaines venues soutenir la famille de Soltana Khaya dans son calvaire imposé par le Makhzen dans sa demeure à Boujdour, une ville sahraouie occupée par le Maroc depuis son invasion militaire du territoire en 1975.

La CONASADH « lance un appel pressant à l’Administration américaine pour une intervention urgente afin de mettre fin à ces graves violations commises par l’occupation marocaine en toute impunité et de garantir l’accès aux territoires occupés de la République sahraouie » aux observateurs et médias internationaux, conformément aux « promesses du Président américain, John Biden, » lors de sa campagne électorale ainsi que dans son discours inaugural du 20 janvier 2021, lorsqu’il a déclaré que « le respect des droits de l’homme » deviendront le centre de la politique étrangère de son Administration ».

La Commission lui demande « d’assumer ses responsabilités dans le cadre de son mandat de respecter les dispositions pertinentes des Conventions de Genève, d’œuvrer pour la libération immédiate de tous les détenus politiques sahraouis dans les prisons marocaines et d’envoyer des Commissions d’enquête dans les territoires occupés pour constater les violations systématiques du Droit international humanitaire ».

Elle a en outre Lancé un appel au Conseil de sécurité de l’ONU, au Secrétariat général, au Haut-commissariat des Droits de l’homme et au Comité international de la Croix-Rouge pour qu’ils interviennent de « toute urgence afin d’empêcher une nouvelle détérioration de la situation des droits de l’Homme et les violations des droits des peuples dans les territoires occupés de la République sahraouie », mettant en garde contre « les conséquences de la dangereuse campagne d’escalade contre les militants sahraouis s’opposant à l’occupation marocaine et à ses pratiques contraires à toutes les normes et Pactes internationaux pertinents ».

La délégation américaine des droits de l’Homme comprend trois militantes américaines : Mme Adrian Kane, ancienne présidente de Vétérans pour la Paix, Mme Wayne Kaufman, professeur à la faculté de droit de l’Université de San Francisco, et Mme Laxana Peters, professeur à la retraite.

Les pacifistes américaines souhaitaient rejoindre la famille de Khaya, assiégée depuis le 19 novembre 2020, et faire la lumière sur les souffrances des deux militants sahraouis des droits de l’Homme, Sultana et El Waara, et les violations et viols systématiques qu’elles ont subis par les forces de sécurité marocaines, ainsi que la situation de leur compatriote américaines,Ruth McDonough, qui souffre des effets de sa grève de la faim, en solidarité avec la famille Khaya.

La CONASADH a par ailleurs condamné « dans les termes les plus forts ce à quoi la délégation américaine des droits de l’homme a été soumise » et a appelé les Nations Unies et le Conseil de sécurité à « intervenir de toute urgence pour protéger les Sahraouis de l’oppression et des abus du régime d’occupation marocain ».

La Commission sahraouie des droits de l’homme a exprimé sa solidarité avec la délégation américaine des droits de l’Homme et considère son initiative de rendre visite à la famille Khaya comme « une noble position de solidarité et de soutien pour mettre fin au siège injuste auquel est soumise la famille Khaya », tout en étant « un message fort aux États-Unis d’Amérique et aux pays et organismes concernés par la protection des droits de l’homme, qui n’ont pas bougé pour intervenir et faire pression sur la monarchie pour arrêter ses méthodes systématiques de répression »

Pour l’ONG sahraouie, l’État marocain « porte l’entière responsabilité des conséquences désastreuses qui peuvent affecter la vie des militantes américaines et la famille Khaya, en raison du mépris de l’occupation marocaine pour la vie des personnes innocentes et du non-respect des Conventions internationales pertinentes.

Lemhamid Abdelhaye
Correspondant de La Patrie News
Camps des réfugiés sahraouis

Related Articles

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,377SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles