Mises en garde « contre une cyberattaque massive menée par l’entité sioniste», contre l’Algérie

Mises en garde « contre une cyberattaque massive menée par l’entité sioniste», contre l’Algérie

Les experts sont tous unanimes à affirmer que la cyberguerre qui cible l’Algérie à l’instigation de parties étrangères contre laquelle ils mettent sans cesse en garde «n’est pas une vue de l’esprit, ni un recours ringard à +l’ennemi extérieur+».

L’Organisation pour la justice et le développement pour les études sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord a même mis en garde a mis en garde l’Algérie « contre une cyberattaque massive menée par l’entité sioniste», rapportent plusieurs médias.

Le porte-parole officiel de l’organisation et chercheur en politique, Zidan Al-Qanaei, a en effet, affirmé que l’entité sioniste, «  a  l’intention de lancer une cyberguerre contre l’Algérie dans le but de détruire les infrastructures de l’État, et vise à fermer les réseaux d’électricité et d’énergie de l’Algérie ou à cibler les médias et les chaînes de télévision, en plus des banques nationales et des bourses », affirme le site en ligne MaghrebInfos.

Selon l’organisation, ses craintes se sont développées après les déclarations du ministre des Affaires étrangères de l’entité sioniste, Yaïr Lapid, lors de sa visite au Maroc, qui avait fait, pour rappel, de son « inquiétude  concernant le rapprochement entre l’Algérie et l’Iran, en plus du rôle de l’Algérie dans le lancement d’une campagne contre l’adhésion de l’entité sioniste à l’Union africaine ».

« Les menaces L’Algérie est sérieusement menacée par la guerre dite de 4ème génération, conçue sous deux axes: les nouvelles technologies et les conspirations visant le front interne, avait averti l’ancien ambassadeur, Noureddine Djoudi.

L’ancien diplomate précise, à ce titre, que « les ennemis de l’Algérie, le Maroc et l’entité sioniste, qui ne cachent désormais plus leurs intentions malsaines à l’égard de l’Algérie, s’étaient donnés les moyens dans le but de réussir leurs politique et stratégie ».

Il convient de souligner dans ce sens, que le Maroc et l’entité sioniste avaient signé, le 15 juillet dernier,  un accord dans le domaine de la guerre électronique. Signé jeudi 15 « Cet  accord transforme de facto le Makhzen en cheval de Troie en Afrique du Nord », écrivaient nos confrères du Jeune Indépendant.

Le Makhzen bénéficiera ainsi, « de la technologie israélienne en matière de cyberguerre ».

L’affaire Pegasus d’espionnage de militants, journalistes et opposants du monde entier via un logiciel de conception sioniste impliquant le Maroc, en est une preuve formelle.

L’avenir nous cache assurément d’autres « mauvaises surprises ». Attendons pour voir….

Dj. Am