Mohamed Charfi, président de l’ANIE : « le protocole sanitaire doit être respecté dans tous les meetings »

Mohamed Charfi, président de l’ANIE : « le protocole sanitaire doit être respecté dans tous les meetings »

« Nous avons élaboré une feuille de route sanitaire que nous avons transmise à tous les partis politiques et aux candidats libres afin de leur communiquer les mesures sanitaires à prendre dans les salles et les lieux publics accueillant les meetings populaires dans le cadre de la campagne électorale pour les législatives du 12 juin prochain qui débutera demain 20 mai 2021 », a annoncé à partir de Blida où il s’est rendu pour une visite d’inspection, Dr Mohamed Charfi, président de l’Autorité Nationale Indépendante des Elections (ANIE).

Il précise que la commission sanitaire de l’ANIE veillera aux niveaux national et régional au respect du protocole sanitaire lors des meetings et autres rencontres organisées dans le cadre de la campagne électorale et qu’elle ne donnera pas son aval en cas de non-respect de ce protocole. Les autorités locales, à leur tête le wali, interviendront pour interdire les meetings si le protocole sanitaire n’est pas respecté, particulièrement dans les salles accueillant un nombre important de citoyens.

Quant aux mesures sanitaires prises, elles commencent dès l’entrée de la salle avec l’obligation du port du masque de protection, du respect de la distanciation physique et du contrôle de la température pour chaque participant. La salle où se tient le meeting ne doit pas accueillir plus de la moitié de sa capacité : « toute surcharge ou désordre dans la salle entraineront systématiquement l’annulation du meeting, avertit-il.

« Notre visite à Blida à la veille du lancement de la campagne électorale s’inscrit justement dans un cadre de l’inspection de l’application des mesures sanitaires dans les structures relevant de l’ANIE », affirme aussi Charfi qui enchaine que : « l’organisation des meetings est une opération conjointe entre l’ANIE et l’autorité locale qui donne son accord préliminaire pour l’attribution de la salle alors que nous nous occupons du strict respect du protocole sanitaire ».

Abordant les mesures à prendre le jour du scrutin, le président de l’ANIE annonce que c’est le même protocole mis en place lors du référendum sur la Constitution le 1er novembre dernier qui sera reconduit car ayant donné des résultats satisfaisants, avec la mise en place, cette fois, de la commission sanitaire présidée par le professeur Bounedjar qui aura le rôle de ‘Senior Covid Manager’ et qui devra veiller au respect du protocole lors des meetings, « la santé des citoyens est importante et prime sur toute autre considération », estime Charfi.

Quant au nombre de bureaux de vote, il sera pratiquement le même que celui du référendum, soit près de 66 500 bureaux de vote qui seront ouverts à travers quelques 15000 centres à travers le territoire national. Il en va de même pour le nombre des encadreurs qui ne variera pas par rapport à celui du référendum, à l’exception des suppléants qui passeront de deux à quatre à cause des éventuels recours qui seront certainement plus nombreux.

Enfin, et au terme de sa visite menée à la salle Baaziz mitoyenne du siège de la wilaya de Blida, le président de l’ANIE a annoncé que, suite au bon déroulement des élections en Algérie ces dernières années, certains pays ont sollicité l’Autorité pour leur faire profiter de son expérience.

Tahar Mansour