Mounder Bouden vice président de l’APN : « Le Parlement français, instrument de propagande contre l’Algérie »

Mounder Bouden vice président de l’APN : « Le Parlement français, instrument de propagande contre l’Algérie »

Aujourd’hui, à l’ouverture d’une journée parlementaire dédiée exclusivement à la réplique des députés algériens à leurs homologues français, le vice-président de l’APN et président de la commission des affaires étrangères, Moundir Bouden a prononcé un discours particulièrement cinglant. « Après les propos belliqueux du président français, il est venu le tour du Parlement français de s’engager, toute honte bue, dans une guerre par procuration, au profit de lobbies dont l’unique mission est de provoquer l’Algérie et de s’ingérer dans ses affaires internes ». Le député a affirmé que lesdites allégations sont dûment démenties par des faits et des réalités. « Il (le parlement français ndlr) semble ignorer que l’Algérie est une nation indépendante et souveraine » a-t-il rappelé avant de d’épingler les élus du Palais Bourbon sur leur assujettissement à des forces occultes. « Cet acte a prouvé que le parlement français, qui prône la démocratie, les libertés et le respect de l’autre, a permis qu’il soit utilisé comme un instrument de propagande par des cercles connus qui cherchent à parasiter l’Algérie à l’intérieur de son territoire et à l’échelle régionale » a-t-il asséné. Catégorique, le parlementaire a soutenu que son pays est « fort de son peuple et de son armée. Il édifie ses relations internationales sur le respect de la souveraineté ». A ce titre, « l’Algérie n’a de leçons à recevoir de personne. Notre défi réside dans la sagesse et la clairvoyance des algériens, soudés sur le front interne » a-t-il assuré. Il est revenu à la charge contre l’Assemblée nationale française, qui a transgresseur, de son avis, les règles de la diplomatie parlementaire, compromettant dangereusement la coopération entre les institutions élues.

Moundir Bouden s’exprimait dans le cadre d’une activité de l’APN sous le thème générique « Parlement français… Basta aux guerres par procuration ! ». La conférence débat a été initiée pour faire écho à la déclaration du président français Emmanuel Macron, par laquelle il renié l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation française en 1830. Les parlementaires français ont pris le relais pour distiller des discours hostiles à l’Algérie.

Soulef B.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,373SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles