Musique : un studio dédié aux répétitions Inauguré à Alger

Musique : un studio dédié aux répétitions Inauguré à Alger

Un studio professionnel dédié aux répétitions musicales, mis à la disposition des artistes créateurs par l’Office nationale de la Culture et de l’Information (Onci), a été inauguré mercredi à Alger à l’occasion du 59e anniversaire de la fête de l’Indépendance et de la Jeunesse et baptisé du nom du grand compositeur et regretté, Ahmed Malek.

Officiellement ouvert au « Village des artistes », dans la localité de Zeralda (Ouest d’Alger), par le directeur général de l’Onci, Abdellah Bougandoura qui a confié au musicien chanteur Badji El Bahri le soin de couper le ruban inaugural, le Studio « Ahmed-Malek » compte quatre espaces de différentes superficies, qui s’étendent sur une surface de 150 m2. Doté d’équipements numériques de dernière génération, le studio est composé d’une salle de réception, d’une régie technique de 32 pistes, d’un espace de mise en boite pouvant accueillir une vingtaine de musiciens et d’une salle de travail et de concertation où les artistes pourront se réunir, explique le conseiller artistique du directeur général de l’Onci, Hakim Ladjal.

Le leader du groupe « Dzair » explique que la régie technique de ce nouvel espace, qui attend d’être renforcé par l’ouverture par un autre studio « réservé, celui là, uniquement pour les enregistrements », met à la disposition des musiciens, entre autres moyens techniques, pas moins de cinq logiciels générateurs de sons, un convertisseur d’enregistrements, écoute monitoring, compresseur de son et microphones omnidirectionnels.

La salle d’enregistrement est, quant à elle, dotée de trois batteries dont une électronique, deux amplificateurs pour guitares, solo et basse, un piano électrique, des guitares et plusieurs sortes d’instruments de percussions, entre autre. En présence de plusieurs artistes invités dont Kamel Maati, Fouad Ouamane, Salim Chaoui, Mohamed Rouane, et du secrétaire général de la Coordination des musiciens de la wilaya d’Alger, le violoniste compositeur, Kheireddine Mkachiche, la cérémonie inaugurale a été marquée par l’intervention du directeur général de l’Onci et du premier responsable du « Village des artistes », Walid Tifoura.

« La salle Ahmed-Bey de Constantine sera très prochainement dotée d’un studio similaire à celui que nous inaugurons aujourd’hui à Alger, un projet que nous comptons reproduire également dans la ville d’Oran », a déclaré Abdellah Bougandoura, qui a évoqué la possibilité d’ »organiser des ateliers de formation technique » dans ces studios. « Ce genre d’initiatives tend à assurer plus de confort à nos musiciens qui auront par leurs créations à préserver et promouvoir la richesse et la diversité du patrimoine musical algérien », a estimé pour sa part Walid Tifoura, avant d’ajouter que cet investissement constituait un « nouvel acquis » pour les artistes, les musiciens notamment. Né à Bordj El Kiffan à l’est d’Alger, Ahmed Malek (1931-2008) a rejoint l’Institut de musique en 1942 où il a appris à jouer au ney, au piano et à l’accordéon.

En 1947, il intègre l’Orchestre moderne de la Radio algérienne dirigé alors par le regretté Mustapha Skandrani (1920-2005) et collabore comme arrangeur avec plusieurs artistes et groupes de musique algériens de renom. Ahmed Malek a composé nombre de musiques de films dont, « Zone interdite » d’Ahmed Lallem (1972), « Le charbonnier » de Mohammed Bouamari (1972), « Les enfants de novembre » de Moussa Haddad (1975), « Omar guetlatou » de Merzak Allouache, (1976), « Autopsie d’un complot » de Mohamed Slim Riad (1977) et « Un toit, une famille » de Rabah Laradji (1982).

R.C.