« Notre philosophie n’a jamais changé »

 

Abdelmadjid Tebboune face aux médias

« Notre philosophie n’a jamais changé »

Rendez- vous coutumier avec les représentants des médias, le Président de la République, M. Abdelmadjid  Tebboune, a accordé une entrevue, à des responsables de certains  médias nationaux, lors de laquelle il a répondu à des questions relatives  aux questions internes et à la situation régionale . Rencontre retransmise vendredi soir sur  les chaînes de télévision et de la Radio  nationale,.  C’est ainsi que parmi  tant de sujets inhérents à la vie politique nationale et régionale, le locataire du palais d’El Mouradia, lieu de la rencontre,  affirmé, que la question de la participation de  l’Armée nationale populaire  aux opérations militaires en dehors du  territoire national, prévue par l’avant-projet de l’amendement  constitutionnel, se ferait sous la bannière d’organisations internationales  et dans le cadre d’opérations de maintien de la paix et serait tributaire  de l’aval des deux tiers des membres du Parlement., le Président Tebboune a évoqué le point figurant dans la mouture de  l’avant-projet de l’amendement constitutionnel soumis au débat, relatif à la participation de l’ANP aux opérations militaires en dehors des frontières, affirmant qu' »elle se fera de manière démocratique et avec  l’aval des deux tiers du Parlement ». « Nous disposerons d’une Constitution claire et transparente et notre armée aura le droit d’adhérer aux décisions d’instances internationales et  régionale pour participer aux missions de maintien de la paix », a poursuivi le président de la République qui a tenu à rappeler que l’ANP avait déjà  participé, à maintes reprises, à des opérations en dehors des frontières  sous la bannière de l’ONU, ainsi qu’à des guerres dans le cadre de la  défense arabe commune, mais n’a jamais participé à « des opérations  offensives ». Il a souligné, dans ce sens, que ce point avait fait couler beaucoup  d’encre, mais « le plus important a été omis, à savoir que l’armée  n’interviendra qu’avec l’aval des deux tiers des représentants du peuple et  non sur décision du Président ». « Ce débat est provoqué par des parties qui étaient intervenues, de manière  effective, dans des conflits en dehors des frontières et qui nous  reprochent aujourd’hui de vouloir changer notre doctrine militaire », a  soutenu le Président de la République. »Notre philosophie n’a jamais changé », souligne M. Tebboune précisant  qu’il s' »agit simplement d’un retour à la normale », partant du principe que  si l’ANP aura à participer à des opérations en dehors des frontières, cela se fera « sous le couvert de la Loi et de la Constitution et pour accomplir  des missions pacifiques pour la défense de l’Algérie ».Pour le Président Tebboune « l’attaque est la meilleure défense, mais dans  certaines limites », rappelant l’opération terroriste qui avait ciblé la  base de Tiguentourine il y a quelques années, « la philosophie adoptée alors  interdisait toute attaque contre les terroristes tant qu’ils se trouvent en  dehors de nos frontières ».

« Je n’ai aucun problème avec Macron »

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a indiqué qu’il n’a aucun problème avec le président français Emmanuel Macron. « Je n’ai aucun problème avec le président français Emmanuel Macron, notre entente est presque parfaite », a déclaré le président Tebboune lors d’une entrevue accordée jeudi à des médias nationaux et diffusée ce vendredi soir sur les chaînes de télévisions et les radios. Tout en indiquant qu’il y a un accord avec le président français sur l’avenir des relations entre les deux pays, le président Tebboune a ajouté que « l’Algérie et la France sont deux grandes nations, l’une en Afrique et l’autre en Europe ». Par la même occasion, le président Tebboune a dénoncé des lobbies qui veulent nuire aux relations entre l’Algérie et la France. Le chef de l’Etat répondait à une question sur les récentes audiences qu’il a accordées aux ambassadeurs des Etats-Unis et d’Allemagne en Algérie ainsi que son entretien téléphonique avec le président français Emmanuel Macron.

 « Il n’y aura pas d’amnistie fiscale »

Il n’est pas possible d’accorder une amnistie fiscale annuelle à des entreprises qui ont été à peine impactées durant ces deux derniers mois, a indiqué hier soir  le chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune.Ainsi, les chefs d’entreprises qui ont demandé une amnistie fiscale suite aux conséquences du confinement sur leurs activités et leurs résultats, n’a pas lieu d’être a affirmé le président Tebboune, lors de l’entretien accordé  cette soirée à certains organes de la presse nationale.Toutefois, il a évoqué une aide envers les entreprises privés qui sont impactées par les mesures du confinement sanitaire, mais elle sera conditionnée par une enquête des inspecteurs du ministère des finances a indiqué le président de la république. Ainsi les entreprises privées qui sont impactées par les mesures de confinement n’auront pas d’aide directe qu’après avoir subies une enquête de la part du ministère des finances, l’objectif de l’enquête est de déterminer la véracité de l’impact. Car selon le Président Tebboune les sociétés du secteur privé contrairement à celles du public, n’ont pas toutes respecté les mesures que nous avons décidé avec le confinement ». De ce fait, l’aide ira uniquement à celles qui ont respecté les mesures, (chômage partiel) et ont subi en même temps des dommages. Selon le président de la République, qui a estimé que l’impact de la crise n’est très important sur l’économie, « il n y avait pas eu de fermeture d’entreprises » durant cette crise, et il se demande comment des entreprises d’un certain volume se sont retrouvées en détresse en seulement deux mois de perturbation. Par ailleurs, il a expliqué que les aides notamment la prime des 10 000 dinars sera versée pour les personnes qui ont des métiers manuels et qui sont fortement impactés par l’arrêt temporaire de leur activités.

 Ferhat Zafane