Nouvelle tribune militaire en France : Darmanin dénonce le « lâche anonymat des signataires»

Nouvelle tribune militaire en France : Darmanin dénonce le « lâche anonymat des signataires»

Au lendemain de la publication, toujours par Valeurs actuelles, d’une nouvelle pétition de militaires, les réactions s’enchaînent.

Alors qu’une vingtaine de généraux avaient signé le premier texte paru le 21 avril dans les colonnes de l’hebdomadaire, cette fois, les auteurs du nouveau texte ont préféré garder l’anonymat, élément qui a provoqué l’indignation de certains politiques.

«C’est ça le courage, d’être anonyme? Quand on veut faire de la politique, on se présente aux élections […]. En démocratie, n’en déplaise à certains militaires, c’est les gens qui décident entre Dupont et Duchmol», lance ce matin le ministre de l’Intérieur, invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV.

Dans cette nouvelle tribune, les auteurs, tous militaires d’active selon l’hebdomadaire, insistent sur le fait que «nous ne pouvons pas, réglementairement, nous exprimer à visage découvert».

Suite à la publication de la première tribune, principalement coécrite par des militaires à la retraite, le chef d’état-major des armées François Lecointre a promis de sanctionner certains les signataires actifs et ceux qui peuvent toujours être rappelés.

Puis le locataire de l’hôtel Beauvau a appelé à «arrêter les tergiversations politiques», jugeant qu’il s’agit d’«une grossière manœuvre d’impression qu’il y aurait […] des radicaux qui pourraient aider le Front national à gagner les élections», le premier tour des élections régionales se tenant dans quelques semaines et celui de la présidentielle dans 11 mois.

D’après le ministre de l’Intérieur, «quand on veut être courageux, on donne son nom, et quand on a envie de montrer […] que l’on peut gagner parce que l’on va gagner avec ses idées et […] que ceux qui sont là, présents, sont mauvais, alors […] on se présente aux élections».

«Ce qui me choque le plus, c’est que cela abîme une partie de nos armées», a ajouté Bruno Le Maire qui a fait part de tout son respect et de tout son amour envers l’armée française, mais «certainement pas ces quelques poignées de militaires qui ont jugé bon, sous couvert d’anonymat, de reprendre la rhétorique de l’extrême droite». Un anonymat que trouve «inquiétant» François Hollande, ancien président français.

S’adressant au Président, aux ministres, aux parlementaires et aux officiers généraux, les militaires indiquent dans leur tribune – qui a déjà été recueilli plus de 100.000 signatures selon une mise à jour ce lundi 10 mai à midi – qu’il ne s’agissait cette fois «pas d’émotion sur commande, de formules toutes faites ou de médiatisation». «Il s’agit de la survie de notre pays, de votre pays» menacé par «l’islamisme auquel [nos dirigeants] font des concessions sur notre sol», écrivent-ils, mettant en garde contre «la guerre civile» qui couve en France.

Certaines personnalités politiques voient dans cette pétition «un signal d’alarme sérieux», comme le député LR Julien Aubert, qui considère que le gouvernement doit tenir «un discours de lucidité sur l’état de pays».

R.I.