Oran: 45 familles s’opposent au relogement loin de la ville

Oran: 45 familles s’opposent au relogement loin de la ville

Retrouvées sans abris suite à l’effondrement samedi de leur immeuble situé dans le quartier  El Mokrani dans le centre ville d’Oran, 45 familles sinistrées se maintiennent sur leurs positions en s’opposant d’être relogés dans le nouveau pole d’habitat d’Oued Tlélat, située à une trentaine de kilomètres du sud du chef lieu de la wilaya.

Estimant qu’elles  font l’objet de la délocalisation, les familles sinistrées revendiquent des habitations dans les alentours immédiats d’Oran ville, à  Belgaïd ou encore à Canastel, à l’est du chef lieu de la commune.

N’ayant pas eu gain de cause, les familles, ont décidé de pousser de l’avant leurs revendications en observant un sit in de protestation bloquant  ainsi la circulation automobile et le tramway si ce n’est l’intervention des policiers dépêchés sur les lieux pour disperser la foule.

Cet effondrement est le deuxième du genre survenu en l’espace de 24 heures, après celui de l’effondrement partiel enregistré dans la rue Serdouk dans le même quartier, El Mokrani.

Ces éboulements ont été provoqués par des travaux de construction dans une parcelle de terrain adjacente menés par un promoteur immobilier dans un quartier dont le vieux bâti est dominant, celui-ci menace ruine à tout moment.

Le dernier recensement élaboré par l’Opgi,  font état de «1971 immeubles classés dans la case rouge».

Yacine Bouali