Ostracisme contre les artistes, sportifs, journalistes…  russes :   L’esprit du Maccarthysme  ressuscité  

Ostracisme contre les artistes, sportifs, journalistes…  russes :   L’esprit du Maccarthysme  ressuscité  

Sportifs, artistes, ingénieurs, journalistes, hommes d’affaires, étudiants…. Il suffit de porter un nom et une nationalité russe ou travailler pour le compte d’une entité russe pour devenir un paria en Europe, voire dans le monde occidental, depuis l’enclenchement du conflit armé russo-ukrainien.

Si elle paraissait ubuesque au départ, la propension à traquer les russes à tout-va tendent à devenir inquiétante tant elle attente à la dignité humaine et alimente un amalgame discriminatoire dangereux.

Il est totalement inconcevable de sanctionner une personne, en la bannissant d’une compétition sportive internationale ; en lui interdisant d’animer un évènement artistique ; en confisquant indument ses biens matériels ou carrément en la privant de son travail… sur la foi de ses origines, ou de sa religion comme c’est cas pour la confusion encore entretenue entre musulmans et islamistes radicaux.

Pourtant les européens et les américains y recourent abusivement, avec la bénédiction tacite de la communauté internationale, sous prétexte de la solidarité avec l’Ukraine. Les exemples foisonnent.

L’équipe nationale russe de football est éjectée de la Coupe du monde de Qatar sur décision de la Fifa après que les fédérations de la Pologne et de la Suède eurent refusé de jouer contre elle les matches barrages.

Le Comité international olympique (CIO) lui a emboîté le pas en enjoignant aux fédérations nationales, toutes disciplines confondues, d’exclure les participants russes de toutes les compétitions continentales et internationales.

Premières victimes de cette mesure : les athlètes qualifiés aux jeux paralympiques de Pékin 2022. L’UEFA (Union européenne du football amateur empêche les clubs russes de poursuivre les tournois continentaux.

Elle a délocalisé la finale de la Ligue des champions du stade de Saint-Pétersbourg au Stade de France. La Fédération britannique des sports mécaniques dénie au pilote russe Nikita Mazepin le droit de concourir au Grand Prix de Silverstone, en juillet prochain. Basket, Tennis, cyclisme, Volley-ball… les sportifs russes et biélorusses sont indésirables dans toutes les compétitions.

Et dire que les instances internationales prônaient inlassablement la préservation du sport de toute accointance avec la politique. Des sportifs ont été durement sanctionnés pour avoir exprimé un soutien à la cause palestinienne ou sahraouie.

L’ostracisme antirusse est élargi aux milieux artistiques. Le chef d’orchestre Valery Gergiev et le pianiste Denis Matsuev sont boycottés, par la Philharmonie de Paris, le festival suisse de Lucerne, l’Orchestre philharmonique de Vienne et la Carnegie Hall de New York. L’Opéra de Bavière et la Scala italienne ont annulé, sans aucune forme de procès, les représentations de la chanteuse lyrique Anna Netrebko.

Le délire des occidentaux est poussé jusqu’à déprogrammer des interprétations d’œuvres de compositeurs russes, qui ne sont plus de ce monde depuis des décades…, comme celles de Tchaïkovski ou l’opéra Boris Godounov de Moussorgski.

Des cours sur Dostoïevski ont été annulés à l’université de Milan ; parce que l’auteur de Crimes et Châtiments, Les frères Karamazov et autres grands classiques de la littérature est d’origine russe. Pourtant, il est mort et enterré depuis 101 ans.

Tout comme Tchaïkovski (décédé en 1893) et Moussorgski (trépassé en 1881), il ne peut se positionner, de l’au-delà, sur l’invasion de l’Ukraine sur ordre du Kremlin. Hallucinant.

Les sites des médias russes, notamment RT et Spoutnik sont bloqués en Europe, au prétexte qu’ils relaient la propagande russe.

Les occidentaux ressuscitent, de la pire manière, l’esprit du Maccarthysme. Ils ouvrent la boite à Pandore, et par-là même la voie aux dérives. Ils sont confrontés, par-ailleurs, à leurs propres contradictions et solidarité sectaire.

Ils donnent des preuves probantes sur leur tendance à brandir les principes démocratiques et s’accrocher au respect des droits humains au gré des situations et des victimes à soutenir (les Ukrainiens) ou à abandonner à leur sort ‘les Palestiniens, les Ouighours, les Sahraouis, les Yéménites, les Irakiens…. 

Souleh B.  

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,376SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles