Parti FLN : les redresseurs toujours pour la tenue de la réunion du CC

Parti FLN : les redresseurs toujours pour la tenue de la réunion du CC

Alors que l’Algérie, meurtrie dans sa chair, pleure encore la perte de dizaines de ses enfants, alors que le peuple entier et son gouvernement n’ont de cesse de mettre fin à ces incendies meurtriers qui touchent encore plusieurs régions du pays, alors que les actions de tous sont focalisées vers les moyens pour alléger les souffrances des habitants des wilayas touchées par les incendies, il se trouve certains qui en profitent pour continuer leurs manigances personnelles. Ainsi, nous apprenons de la part de certains membres du Comité Central du FLN que le SG de ce parti est en train de procéder à la collecte de … signatures auprès de quelques mouhafedh pour le soutenir dans sa volonté de se maintenir à la tête du parti, qui se sont insurgés contre ces agissements.

« Mais le soutien ou non de cesmouhafedh n’a aucune incidence pour le maintien de l’actuel SGcar ceux dont il a obtenu des motions de soutien n’ont aucun poids, les membres du Comité Central étant seuls habilités à maintenir ou à démettre le SG de ses fonctions », nous a confié l’un d’entre les membres du CC.

« Il est en train d’essayer de tromper l’opinion publique avec ces déclarations de soutien sans valeur, la plupart des mouhafedh qui lui ont fait parvenir leurs signatures étant nouvellement installés à ces postes par le SG mais ils ne sont pas membres du comité central, donc leur soutien n’a aucune valeur », nous a-t-on assuré auprès des membres du CC qui refusent ces agissements et qui ont constitué un front du refus après avoir déposé une demande auprès du ministère de l’intérieur afin d’organiser une réunion du Comité Central pour préparer le Congrès du FLN et procéder à la nomination d’un nouveau SG.

Et de continuer : « l’actuel SG du FLN a même demandé aux mouhafedh des régions de Tizi Ouzou, de Bejaia et d’autres régions durement éprouvées par les incendies de lui envoyer des motions de soutien, à un moment où il aurait dû être aux côtés des citoyens durement touchés par les incendies, en organisant par exemple des collectes pour les soutenir ou en participant activement à leur faire dépasser cette terrible épreuve », a-t-on signalé du côté des membres du comité central.

« Il veut faire pression sur les membres du CC et tromper l’opinion publique (qui fait la décision) pour faire croire qu’il a la majorité avec lui au sein du Comité Central alors que la plus grande partie de ceux qui ont signé des motions de soutien ne sont pas membres du CC, car le SG a écarté et démis tous les membres du comité central qui étaient nommés légalement. Il veut donner l’impression aux décideurs (le ministère de l’intérieur et le président de la république) qu’il a le parti en main et que ceux qui veulent réunir le comité central ne font tout cela que pour le renverser. Mais nous, nous n’avons demandé la réunion du Comité Central que pour remédier à ce qui se passe à l’intérieur du parti qui se trouve actuellement dans l’illégalité. La différence entre nous et lui (le SG) réside dans le fait que nous voulons corriger la trajectoire du parti FLN et s’il dit que la quasi-totalité des membres du CC sont avec lui, alors pourquoi refuse-t-il de convoquer une réunion du Comité Central ? Nous le défions, s’il dit que la majorité est avec lui, qu’il convoque la réunion. Nous avons, quant à nous, le nombre suffisant de membres du CC qui nous permet de provoquer cette réunion du CC », nous a déclaré un membre dirigeant du FLN, membre du Comité Central.

De son coté, lemouhafedh de Bou Saada, M. Abdelkrim Omar, membre du comité central, qui a été ‘évincé de son poste’, confirme ce qui nous a été déjà dit à ce sujet : « J’ai été contacté par un autre militant dirigeant qui m’a demandé de signer et d’envoyer une motion de soutien à l’actuel SG, mais je lui ai répondu que je ne le soutenais pas car il est dans l’illégalité puisque la période pour laquelle il a été désigné est terminée depuis longtemps et il doit convoquer une réunion du CC pour préparer le congrès du parti et élire un secrétaire général de manière légale. Quand le SG a su que j’ai refusé de lui envoyer la motion, il m’a appelé et m’en a demandé les raisons. Je lui ai donc répondu que je n’étais pas d’accord qu’il démette les mouhafedh sans aucune raison pour les remplacer par des gens qui n’ont aucun lien avec le parti. Devant mon refus, il me dit que j’allais le regretter. D’ailleurs, nous vivons actuellement une véritable catastrophe avec tous ces incendies, ces morts et ces pertes, et il n’a même pas pensé à faire un communiqué de soutien à la population. Nous l’avons fait, nous, membres de la coordination et nous avons annoncé que nous étions tous prêts à aider nos frères et sœurs dans cette terrible épreuve ».

RN