(Pas) de Tehlab

Israel's Artem Dolgopyat, who won gold in the Gymnastics men's floor exercise at Tokyo's Olympics Games, poses for a picture with his girlfriend, Maria Sakovich, and other family members and supporters as he is welcomed upon his arrival at Ben Gurion International Airport, near Tel Aviv, Israel August 3, 2021. REUTERS/Amir Cohen

(Pas) de Tehlab

-Il s’appelle Artem Dolgopyat. Il est brusquement sorti de l’anonymat. Du jour au lendemain.

–  Mais encore ?

– Artem Dolgopyat est sorti de l’anonymat pour devenir un super-héros en Palestine occupée. Ce gymnaste aux allures timides a remporté aux Jeux olympiques de Tokyo une médaille d’or, la deuxième dans l’histoire du pays, pour les exercices au sol. Félicité par le premier ministre, Naftali Bennett, et le président Isaac Herzog, le champion a vu sa photo en une de tous les journaux, a reçu des flots de champagne à son retour et a eu le droit à tous les honneurs. Mais…

– Mais, quoi ?

–  Il lui est interdit de se marier en Palestine occupée et colonisée.

–  Explique…

– Originaire d’Ukraine, il a fait son aliyah, l’immigration Palestine occupée, avec ses parents à 12 ans. Son père est juif, mais pas sa mère. Résultat: il n’est pas considéré comme juif par le rabbinat, qui a le monopole sur les mariages entre juifs dans ne entité qui ne connaît pas la séparation de la religion et de l’État. Pour être considéré comme juif, il faut que sa mère le soit ou être converti selon la «halakha», la loi juive, par un rabbin du courant ultraorthodoxe, une communauté qui regroupe 10 à 12 % de la population et applique scrupuleusement les prescriptions du judaïsme.

– Ce genre de racisme dont les Palestiniens sont les plus nombreux à souffrir trahit le caractère illégal de cette entité. Il n’existe aucune différence entre le nazisme des nazis suprématiste aryens et les sionistes qui oppressent et assassinent les Palestiniens ainsi que leurs voisins.

–   Mais la planète entière accepte cet apartheid et ferme pudiquement les yeux dessus.

–  Dis, le blocus imposé à Ghaza où plus d’un million de Palestiniens souffrent se meurent à petit feu, n’est-ce pas une forme de génocide bien pire que la shoah ?

–   Wana aâreft….

 

Mohamed Abdoun

 

 N.B :

Comme Artem Dolgopyat, environ 300.000 immigrants venus des pays de l’ex-URSS ne sont pas reconnus comme juifs et doivent se marier civilement à l’étranger, quitte à ce que cette union soit reconnue à leur retour par leur ministère de l’Intérieur.

Il en va de même pour des milliers de couples considérés comme juifs, mais qui refusent de passer devant un rabbin.

Une situation quelque peu étrange: l’entité sioniste exige de jeunes hommes ou femmes de risquer leur vie en effectuant leur service militaire, tout en niant ensuite leur droit d’être considérés comme des citoyens à part entière au regard de l’état civil.

Cette pratique perdure depuis la création de cette entité, en 1948. Toutes les velléités d’introduire un mariage civil ont échoué à ce jour.