Pascal Boniface : « Les propos de Macron sur l’Algérie sont très graves »

Pascal Boniface : « Les propos de Macron sur l’Algérie sont très graves »

Les « propos non démentis » du président français, Emmanuel Macron sur l’Algérie sont « très graves », a affirmé le géopolitologue et directeur de l’Institut français des relations internationales et stratégiques (IRIS), Pascal Boniface. « Dire que la nation algérienne n’existait pas avant la colonisation, c’est quand même très grave par rapport à toute l’histoire mémorielle entre les deux pays », a-t-il déclaré lors d’un débat sur la nouvelle crise entre Alger et Paris, diffusé par une chaine de télévision française. Il a expliqué, à ce titre, qu »en diplomatie, un président n’a pas le droit de tenir de tels propos ». Il a rappelé, à ce titre, que la France n’a pas hésité à rappeler son ambassadeur à Rome lorsqu’un ministre italien « était venu au secours des gilets jaunes », estimant qu’il s’agissait d’ « une ingérence dans la politique française ». Selon ce géopolitologue, les dernières déclarations de M. Macron dans lesquelles « il remet en cause » l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation française a heurté l’opinion algérienne « y compris les opposants au régime ». Evoquant la nouvelle sortie médiatique du président français sur l’Algérie, M. Boniface a estimé que « le mal est fait ». « Le président (Macron) a cru nécessaire de tempérer un peu ses propos, mais je pense que (…) le mal est fait », a-t-il indiqué. Pour ce chercheur, les propos de Macron visent, surtout, un objectif électoraliste à l’approche de la présidentielle d’avril 2022. « Il y a aussi un discours de politique intérieure de la part de Macron. Il vient chasser sur les terres d’Eric Zemmour et du Front national », a-t-il expliqué. Interrogé sur l’effet que pourrait avoir la décision prise par Paris de réduire de moitié le nombre de visas d’entrée sur son territoire aux ressortissants algériens, Boniface a estimé qu' »il aurait fallu avoir un levier un peu plus discret au départ ». « On a l’impression de sommer les pays de faire quelque chose. On sait très bien qu’en diplomatie, ce n’est pas toujours en agitant les drapeaux qu’on obtient des résultats », a-t-il expliqué.

R.N.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,376SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles