« Personne n’est protégé par son immunité », insiste le président Tebboune

« Personne n’est protégé par son immunité », insiste le président Tebboune

Abdelmadjid Tebboune, président de la République, a assuré, pour la seconde fois en un mois, que dans l’Algérie nouvelle personne ne sera protégé par son immunité, ni son pouvoir.

Dans un discours prononcé en son nom ce lundi par Boualem Boualem, conseiller auprès du président de la République chargé des Affaires juridiques et judiciaires, Abdelmadjid Tebboune a soutenu que le projet de révision de la Constitution vise, avant tout, à garantir l’égalité entre les Algériens.

Outre l’égalité, la nouvelle Constitution a pour objectif de protéger les droits et les libertés, mais aussi moraliser la vie politique, a-t-il affirmé dans son discours tenu devant les assistants au colloque international sur la Constitution, organisé au Centre international des conférences, à Alger.

Le président de la République a démontré, dans ce contexte, la nécessité d’aller vers une nouvelle Constitution afin de lever les ambiguïtés qui prévalaient par le passé.

« Les procès (des anciens hautes responsables et hommes d’affaires) ont montré l’étendu du préjudice porté au pays. Un préjudice qui a rompu la confiance entre le responsable et le citoyen », s’est-il désolé.

Début septembre, le chef de l’Etat a pris le même engagement lors d’une réunion périodique du Conseil des ministres.

« La fin de cette crise est une condition préalable à la construction d’une nouvelle Algérie dans laquelle personne ne sera protégé par son immunité et son influence », avait-il pointé.

Nacereddine Benkharef