Pr Jean-Paul Grangaud, le pédiatre « enfant» de l’Algérie n’est plus

Pr Jean-Paul Grangaud, le pédiatre « enfant» de l’Algérie n’est plus

Jean Paul Grangaud, docteur en médecine, longtemps en charge de la prévention au ministère de la Santé est décédé dans l’après-midi de ce mardi 04 août à Alger à l’âge  de 99 ans.

Père du livret de santé algérien, ce professionnel de la santé estimé de ses pairs comme de ses patients aura tout donné à l’Algérie.

Né en Algérie, Jean-Paul Grangaud est un professeur émérite en pédiatrie. Toujours proche des Algériens, il avait noué durant sa jeunesse de solides amitiés avec des membres des scouts musulmans et à l’époque où il était interne des hôpitaux (1961-1962), il n’avait pas hésité à alimenter des amis du FLN en médicaments et en sang, volés à l’hôpital.

Alors que ses parents quittent l’Algérie, en 1962, lui, décide de rester. Depuis, il n’a jamais pensé à partir, même durant les années de terrorisme. En 1968, il obtient la nationalité algérienne et se consacre entièrement au développement de la pédiatrie en Algérie, montant les services de pédiatrie de l’hôpital de Beni-Messous puis celui d’Aïn Taya. Il sera également derrière l’introduction de la médecine ambulatoire et l’hospitalisation des enfants avec leurs mères, ce qui entraîne une réduction considérable du nombre de décès infantiles.

En 1994, il est nommé conseiller du ministre de la Santé de l’époque chargé des problèmes de santé infantile et maternelle, tout en poursuivant ses activités hospitalières.

Farid Houali