Projet de loi de finances pour 2021 : Le prix de référence du baril de pétrole fixé à 40 dollars

Projet de loi de finances pour 2021 : Le prix de référence du baril de pétrole fixé à 40 dollars

Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a déclaré, aujourd’hui, que « le projet de loi de finances pour 2021 prévoit la stabilisation du prix de référence du baril de pétrole à 40 dollars».

Le ministre des Finances a souligné, lors d’un débat à l’APN consacré à la présentation du projet de loi de finances, que « la stabilité du marché du baril de pétrole se situera à un écart de 5 dollars le baril par rapport au prix de référence, soit 45 dollars au cours de l’année 2021-2023».

Le ministre des Finances a ajouté que «le projet s’attend à ce que le taux de change du dinar algérien face au dollar américain atteigne une valeur annuelle moyenne de 101,42 en 2021, et 149,32 pour 2022 et 156,72 en 2023».

Le même projet supposait également « d’enregistrer une légère baisse de la valeur de la monnaie nationale par rapport au dollar américain d’environ 5% par an «, ajoute le ministre des Finances.

Aymen Benabderrahmane estimé également que le taux d’inflation devrait être de 4,5% en 2021-22, et 4,72% en 2023.

En ce qui concerne la croissance économique dans le nouveau projet de loi de finances, le ministre affirme qu’elle devrait atteindre une reprise de 3,98% en 2021.

Le ministre des Finances a souligné que «les mesures du projet de loi de finances 2021 visaient à restaurer les principes de budgétisation et à améliorer l’assiette fiscale tout en améliorant le climat des investissements et en encourageant les opérations d’exportation en favorisant la simplification des procédures fiscales et douanières à travers les mesures proposées pour donner une impulsion à l’investissement».

Concernant la croissance du PIB du pays, Aymen Benabderrahmane a révélé qu’il s’attend à ce qu’elle «atteigne 4% au cours de l’année 2021. Une croissance tributaire de la reprise économique et du lancement de projets de développement structurés créateurs de richesse et d’emplois».

Sur le plan social, le ministre des Finances a déclaré : « En 2021, il faut renforcer la mise en œuvre de mesures d’accompagnement qui ciblent les entreprises et les familles, qui ont souffert des effets de l’épidémie».

Yahia Maouchi