Propagation du Covid en milieu scolaire : les craintes des parents d’élèves

Propagation du Covid en milieu scolaire : les craintes des parents d’élèves

La propagation du Covid en milieu scolaire soulève de grosses craintes au sein des parents d’élèves de plus en plus nombreux à faire appel à une prise en charge rapide de cette situation par les autorités concernées. Jusqu’à l’heure, le nombre d’élèves contaminés n’a pas été fourni par la tutelle, mais les spécialistes confirment en revanche cette propagation. Dans une récente intervention, le professeur Belhadj a révélé que  « plusieurs enfants ont été contaminés » avant de lancer un appel aux enseignants et responsables d’écoles de se soumettre à une série de mesures de « précautions maximales ». « Il faut, dit-il, les déclarer à la DSP, ne pas hésiter à prendre un congé, ce serait la logique, afin d’éviter que le virus se propage (…) et bien sûr éviter les contacts en annulant par exemple les récréations afin de prévenir d’autres contaminations ». Au cours de la semaine dernière, plusieurs spécialistes sont également intervenus pour mettre en garde contre les contaminations des familles à travers leurs enfants scolarisés. Des appels ont été aussi lancés pour un plus grand respect du protocole sanitaire mis en place en prévision de cette situation. A travers les réseaux sociaux, les groupes de parents d’élèves dénoncent régulièrement la présence d’enfants malades et tout de même envoyés à l’école. Sur ces mêmes groupes, les témoignages pullulent sur le sujet depuis un certain temps. Plusieurs parents affirment avoir été contaminés par leur enfant scolarisé et dénoncent l’inconscience de ceux qui continuent à envoyer leurs enfants malades à l’école. Cette situation a poussé certains chefs d’établissement a refuser carrément d’admettre en classe les élèves montrant des signes de grippe (éternuements, toux…) qui exigent un test Covid avant son admission à nouveau. La crainte d’assister à une plus large propagation du virus en milieu scolaire est aussi à l’origine d’appels de plus en plus nombreux à suspendre la scolarité pour deux semaines en attendant la fin de cette vague.  Interpellée par plusieurs chefs d’établissements il y a dix jours, la tutelle avait réagi en affirmant que la « situation était maîtrisée et que seuls quelques cas de contaminations avaient été observées », ajoutant « que cela ne nécessitait pas une suspension des cours ».   A ce moment, les bilans fournis ne dépassaient pas les 400 contaminés. Les contaminations sont en hausse quotidienne depuis et l’institut Pasteur annonce une accélération de la propagation d’Omicron. De nouvelles interventions du ministère de l’éducation sont attendues sur le sujet dans les jours à venir.

Amel Zineddine

Articles récents

Articles similaires