Ramtane Lamamra : Le mal qui ronge le Maroc

Ramtane Lamamra : Le mal qui ronge le Maroc

Depuis sa nomination à la tête de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra fait l’objet d’une campagne acharnée  en provenance du Maroc.

Elle est menée essentiellement par les médias, de toutes formes, connus pour leur proximité avec le palais royal.

Redoutant son  arrivée au poste sensible de ministre des affaires étrangères et conseillé auprès de la présidence de la république, les marocains se sont  déchaînés tout au long de ces derniers mois en usant de terminologie qui en dit long sur le sujet.

Il a été    par  exemple qualifié  comme étant la personne la plus  « marocophobe » d’Algérie avant d’être violemment attaqué pour ses positions  connues et son long travail acharné en faveur de l’indépendance du Sahara Occidental.

Depuis son arrivée, Ramtane Lamamra a eu plusieurs fois à croiser le fer dans des séances de face à face avec ses détracteurs. Certains évènements retiennent particulièrement l’attention. A New York, le MAE avait croisé le fer en imposant le débat sur la décolonisation du Sahara Occidental lors d’une réunion ou s’est déchainé  Omar Hilal, représentant permanent du Maroc chargé de plusieurs missions de déstabilisation de l’Algérie.

Au sein de  l’Union africaine (UA), ou une mission  extrêmement sensible lui incombe depuis l’entrée d’Israël en qualité de membre observateur, Ramtane Lamamra mène un travail de fond pour tenter de redresser la barre et  aider   l’organisation  africaine à retrouver ses valeurs.

Ces faits, entre autres, ont accentué sa réputation de « bête noire des marocains » dont le retour à la tête de la diplomatie a signé un tournant véritable dans la manière de gérer le dossier du Maroc.

Les attaques dont il fait l’objet se sont intensifiées depuis  les derniers événements qu’ont connus les deux pays. Elles n’ont cependant suscité aucun commentaire ou réponse de la part du MAE qui préfère agir sur le terrain.

Amel Zineddine

Articles récents

Articles similaires