Ramtane Lamamra : Un diplomate qui porte haut et fort la voix de l’Algérie nouvelle

Ramtane Lamamra : Un diplomate qui porte haut et fort la voix de l’Algérie nouvelle

Pur produit de la grande Ecole de la diplomatie algérienne dont les premiers ténors avaient mis genou à terre à la France coloniale lors des négociations d’Evian, Ramtane Lamamra n’a rien à envier aux meilleurs d’entre eux. Appelé souvent à accomplir des missions délicates, et à très fortes charges symboliques, il s’en est toujours acquitté avec un brio désormais légendaire. Ses capacités d’analyse et de synthèse, alliées à son entregent inné, en ont fait un porte-étendard particulièrement précieux pour l’Algérie auprès de Washington quand il était entre ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l’Algérie auprès des Etats-Unis D’Amérique de mai 1996 à novembre 1999, puis ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire représentant permanent auprès des Nations-Unies de mai 1993 à septembre 1996. Cette époque sombre et fort difficile de l’histoire récente de l’Algérie, a conduit ce diplomate aguerri à affronter à fleurets mouchetés des ténors en la matière, partisans du « qui-tu-quisme » et de l’embargo tacite qui, à l’époque nous était imposé par de grandes puissances occidentales. Lamamra leur a toujours tenu la dragée haute, portant haut et fort la voix de l’Algérie. Mieux, en dépit de l’adversité ambiante et des vents défavorables, il n’a jamais perdu de vue les causes justes et nobles que défend immuablement l’Algérie. En tête des dossiers portés haut et fort par notre pays figurent comme de juste les questions sahraouie et palestinienne. Or, ce sont là des affaires qui accaparent au plus haut point l’attention et la préoccupation du président de la République lui-même. C’est ce qui explique, sans doute la parfaite symbiose qui s’est immédiatement établie entre lui et son chef de la diplomatie. Très judicieux, et parfaitement pensé et pesé, le choix porté par Abdelmadjid Tebboune sur Ramtane Lamamra a indubitablement donné une sorte de second souffle à la voix de l’Algérie, et à sa diplomatie. Son discours épique de ce lundi devant l’assemblée générale de l’ONU, dont il connait parfaitement les travées, en est une des plus belles illustrations les hauts faits d’armes de Lamamra sont innombrables en effet. Il est en effet, chef de l’équipe de médiation internationale pour a résolution de la crise au Mali, de juillet 2014 à juin 2015. Il est également, et surtout, président de la réunion ministérielle fondatrice du Groupe des pays voisins de la Libye, mis en place  Alger en mai 2014. Cette initiative, la seule qui a une chance de déboucher sur des résultats probants, après nombre de manœuvres dilatoires de la part d’entités qui ne veulent pas que du bien à nos amis et voisins libyens.  Infatigable, diplomate au long cours, Ramtane Lamamra, qui parle couramment trois langues, est constamment sur tous les fronts. Inlassable guerrier de la… paix, il est de toutes les initiatives cherchant à aider quelque Etat à sortir de l’ornière. Il incarne de la sorte l’esprit et la lettre de l’authentique diplomatie algérienne : faite d’une main de fer, mais dans un gant de velours. Il a par exemple été initiateur et Président des trois premières sessions du Séminaire d’Oran sur la Paix et la Sécurité en Afrique, regroupant notamment les pays africains membres non-permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies (Décembre 2014, 2015, 2016). Il a aussi été participant en appui au Comité de Chefs d’Etat de Union Africaine aux efforts pour une solution politique à la crise libyenne, notamment à sa délégation à Tripoli et à Benghazi (2011). Il a également été médiateur de l’Union Africaine pour la sortie de crise en Mauritanie, en Côte d’Ivoire, aux Comores et à Madagascar. Last but not least, Lamamra est l’auteur d’articles dans la « Revue Algérienne des Relations Internationales » (1986 – 1989) et dans la « Thunderbird International Business Review » vol 40 (2) 91-100 Mars-Avril 1998: « Le défi de l’Algérie: Démocratie contre terrorisme ». il va  sans dire que cette intense activité diplomatique, menée à tous les plans, et sur tous les fronts, n’a pas été sans moult distinctions et décorations. Lamamra est ainsi détenteur de la Grand-Croix de l’Ordre du Mérite de la République Pomigaise (« Diàrio de Republica » ri° 14,2, a série, du 19/01/2006). Il est également Commandeur de l’Ordre national du mérite de la République du Niger (2008), et  Grand-Croix de l’Ordre du Libertador Général de San-Martin de la République d’Argentine. Présentement au summum de son impressionnante carrière, Ramtane Lamamra nous réserve encore pas mal d’agréables surprises et bonnes nouvelles. Tous les vrais et bons diplomates savent en effet soigner et réserver leurs effets…

Mohamed Abdoun & Tahar Mansour