Redonner à la presse nationale ses lettres de noblesse : la stratégie gagnante du Pr Ammar Belhimer  

Redonner à la presse nationale ses lettres de noblesse : la stratégie gagnante du Pr Ammar Belhimer  

Le ministre de la Communication et porte-parole du Gouvernement  Pr Ammar Belhimer ne vas pas par trente-six chemin pour lever le voile sur l’état des lieux de la presse nationale et les perspectives assignées pour redorer le blason de cette profession à laquelle on attribue,  à raison, le qualificatif de « quatrième pouvoir ».

Dans un entretien accordé à notre confrère » Eco times » ,  le ministre a indiqué :J’ai maintes fois rappelé dans mes diverses interventions, que le champ médiatique qualifié par mes soins de champs de ruines et de mines, rongé par les intrus et les affairistes, exigeait, face à cette situation alarmante, une approche réfléchie et résiliente à même de faire aboutir à un exercice apaisé de la profession et son assainissement à travers la mise en place d’un arsenal juridique adapté aux bouleversements et mutations, technologiques en particulier » a-t-il indiqué avant de préciser : « Au lendemain de ma prise de fonctions, je me suis attelé à porter une réflexion sur la réforme du secteur de la communication en proposant, dans le cadre du plan d’action sectoriel, plusieurs chantiers se rapportant à divers aspects et problématiques liés au secteur et à la profession, tels  la consolidation du cadre référentiel des moyens de communication, la garantie du droit à l’information dans un cadre pluriel,  la révision du cadre législatif et réglementaire, la formation des acteurs, «la modernisation et le numérique conditions sine-qua non à l’émergence d’une presse nationale professionnelle et citoyenne ».

Aussi pour un diagnostic complet et académique, le premier responsable du secteur de la Communication a souligné les actions à mener pour réhabiliter ce secteur stratégique. « Des actions ont commencé à voir le jour, telles la promulgation du décret exécutif régissant les activités de la presse électronique,   la mise à jour des statuts de TDA, le cahier des charges fixant les conditions d’octroi de la publicité publique, le lien direct gardé en permanence avec tous les acteurs des médias,  sans exclusif, dans le but de fédérer nos efforts autour d’une réelle volonté de changement au profit des journalistes en particulier et de l’ensemble des intervenants dans les métiers de la communication en général ».

Pour le ministre du secteur  la tâche n’est pas aisée mais pas impossible. En effet, il avace dans son argumentaire : « Nul besoin de rappeler la réhabilitation de ce secteur stratégique, qui par ses spécificités, sa complexité, ses enjeux et ses répercussions sur l’opinion public, nécessite indéniablement du temps et de l’opiniâtreté que nous ne manquerons de mettre à profit pour un développement harmonieux et durable »,note-t-il avec grande conviction.

Pour ce qui est de l’avenir du secteur des médias dans un environnement d’éthique et de professionnalisme, Pr Ammar Belhimer a indiqué :

« Je reste très optimiste quant à l’avenir du secteur dont les valeurs de professionnalisme, d’éthique et de déontologie sont plus apparentes à travers la qualité du traitement de l’information par nombre de médias nationaux, dans un esprit d’objectivité et de fiabilité, loin de tout discours alarmiste, dirigisme ou interventionnisme » a-t-il conclu.

Ferhat Zafane