Rencontre-Biden-Benette : La question palestinienne zappée

Rencontre-Biden-Benette : La question palestinienne zappée

Le Premier ministre sioniste, Naftali Bennett, porté au pouvoir en juin pour remplacer Benjamin Netanyahu, sera reçu jeudi par le président américain, Joe Biden. Les discussions devraient principalement s’articuler autour de la lutte contre le programme nucléaire iranien et le renforcement du soutien des États-Unis à l’entité sioniste.

  Le déplacement sera l’occasion pour les deux hommes de se jauger après la prise de fonctions en juin du nouveau Premier ministre de l’État hébreu. « Ce sera leur première rencontre en face à face » et il s’agira de « vraiment apprendre à se connaître », a dit à des journalistes un haut responsable de l’administration Biden. 

Naftali Bennett, 49 ans, a été porté au pouvoir pour remplacer Benjamin Netanyahu par une coalition idéologiquement divisée, et dans laquelle son parti à la réputation belliciste ne tient qu’une poignée de sièges. Pour Dan Kurtzer, ancien ambassadeur des États-Unis en entité sioniste, la visite du Premier ministre donnera un nouveau ton aux relations américano-israéliennes après les 12 ans de l’ère Netanyahu. « Netanyahu était convaincu qu’il savait mieux que le président avec qui il traitait ce que les États-Unis devraient faire », a déclaré à l’AFP Dan Kurtzer. 

Avec Naftali Bennett en revanche, « même s’il existe des différences sur la politique à mener, et il y en aura, les deux seront capables d’échanger sans cette couche de manque de respect », a soutenu l’ancien ambassadeur. Naftali Bennett a déjà affirmé que l’Iran serait le principal sujet de sa visite. Les États-Unis tentent actuellement de revenir sur la décision de l’ancien président Donald Trump de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 qui avait levé les sanctions sur l’Iran en échange de restrictions sur son programme nucléaire. Depuis cette décision, l’Iran est revenu sur certains engagements-clés, y compris sur l’enrichissement d’uranium. 

Des conseillers de Naftali Bennett ont par ailleurs affirmé que le Premier ministre n’avait pas l’intention d’évoquer la reprise des discussions sur la mise en place d’un État palestinien sur les territoires annexés par l’entité sioniste en 1967. La question des « deux États n’est pas pertinente, (elle est) non existante », a déclaré un haut responsable à la presse. Voilà comment on « holocauste » un peuple et le réduit au silence à l’aide d’une simple phrase assassine.

R.N.