Réouverture des cafés, restaurants, plages, mosquées…Les pour et les contre

Réouverture dès samedi 15 des cafés, restaurants, plages, mosquées…

Les pour et les contre…

Les citoyens peuvent accéder aux plages surveillées et autorisées à partir du samedi prochain. Les cafés et les restaurants ainsi les espaces verts seront également ouverts sous condition du respect des mesures de distanciation, attroupements, port de masques et tout l’arsenal nécessaire pour empêcher la propagation du virus corona.

D’ailleurs le communiqué du Premier Ministère a traité de l’ouverture graduelle et contrôlée des espaces de détente et d’amusement, des hôtels, des cafés et des restaurants, et ce avec le respect et l’application du protocole sanitaire imposé par les autorités sanitaires. Or, si cela a fait le bonheur d’une bonne frange de la population, heureuse enfin de «  respirer » après des mois de  » confinement et de privation, d’autres ne trouvent pas l’idée salutaire  C’est pourquoi, pour la majorité de citoyens de cette catégorie d’ « opposants », « Ca ne réglera pas le problème de la contamination, bien au contraire », réagissaient tous ceux que nous avons apostrophés à ce sujet. Pour Mohamed, la soixantaine bien consommée, l’initiative d’ouvrir les lieux publics accentuera le problème : «  Si c’est pour permettre aux gens de souffler un peu après de longs mois d’abstinence, ok, mais faut-il que les mesures de protection soient respectées !», s’est-il exclamé. Il n’a pas cependant manqué de pointer du doigt la légèreté avec laquelle les gens appréhendent c sujet en indiquant : «  Ce matin au marché, j’ai vu des attroupements inouïs, c’est à croire que le ce problème du coronavirus n’existe pas … ! Pas de port de masque ou très peu, le gens sont collés le uns aux autres comme si de rien n’était » tonnait Mohamed qui finit par avouer, « donc,  moi je ne suis pas d’accord de déconfiner sans respect des mesures de protection»

Ailleurs, pour ce qui est commerçants qui ont connu le spires difficultés à « joindre les deux bouts » durant ces mois de confinement et de fermeture de l’ensemble des lieux publics, l’initiative est accueillie bras ouverts . Ceci expliquant cela.   À Alger-Centre, les restaurateurs  et  les gérants de salons de thé  affichent le même sentiment de soulagement. « Pourvu qu’on reprenne de l’activité, quoique le rendement commercial ne sera pas favorable », nous avoue un propriétaire d’un établissement de restauration de qualité moyenne, qui affirme aussi ne pas se soucier de la limitation des tables à l’intérieur puisque « ceci entre dans la préservation des vies humaines », parlant de son personnel et de sa clientèle.

Au niveau de la rue Didouche-Mourad, un patron de restaurant des plus huppés de la capitale salue l’initiative du gouvernement pour la reprise de l’activité commerciale à l’arrêt depuis le 24 mars, et adhère en même temps aux restrictions sanitaires fixées par les autorités, car « il y va de la santé des personnes à l’intérieur de mon établissement avant tout », tient-il à préciser clairement.

Quant à la limitation du nombre de tables, notre interlocuteur nous dira que ceci entre dans ce même cadre d’hygiène qu’il faut respecter. Il avoue, néanmoins, que sa comptabilité continue à être impactée, expliquant que « tant que les chiffres de contaminations sont toujours à la hausse, la clientèle ne reprendra pas de sitôt ses habitudes », parlant du retour à la normale du  rendement de son établissement.

Ferhat Zafane

LIRE AUSSI:

http://lapatrienews.dz/le-president-tebboune-preside-aujourdhui-la-reunion-gouvernement-walis/