Représentations diplomatiques marocaines : Des scandales en cascade

Représentations diplomatiques marocaines : Des scandales en cascade

Loin d’être des enfants de chœur, les diplomates marocains activant, pour ne pas dire sévissant de par le monde, ne se gênent jamais pour transgresser les règles et lois régissant et encadrant leur métier, mais aussi les textes en vigueur dans les pays qui leur accordent l’hospitalité.

Les exemples abondant dans ce sens sont légion. C’est ainsi que nous apprenons que l’ambassade du Maroc en Belgique est au cœur d’un scandale sexuel, suscitant des interrogations, voire même des polémiques, au sein de la communauté marocaine installée en Belgique. Cette affaire a commencé avec les avances d’un diplomate marocain âgé de 34 ans et marié, qui a fait des avances à une concitoyenne, qui plus est mère de famille.

La femme, à cause de son refus, a fait l’objet de mesures disciplinaires, avant qu’elle ne se rebiffe et porte l’affaire sur la place publique non sans l’aide de la diaspora marocaine vivant en Belgique.

Ce n’est pas tout. Une affaire d’importation abusive de produits détaxés en violation avec l’étiquette diplomatique vient s’ajouter à la liste des scandales qui touchent les représentations diplomatiques marocaines depuis quelques années. Le quotidien pakistanais Pakistan Today a révélé, dans son édition du 25 août, que la représentation diplomatique du Maroc à Islamabad, la capitale, était au cœur d’un scandale d’évasion fiscale et d’abus d’avantages liés à des exonérations douanières.

Les Affaires étrangères pakistanaises ont demandé des informations aux services des douanes sur une importation abusive de produits détaxés en violation avec l’étiquette diplomatique. Cette enquête devrait également prouver s’il y a eu revente sur le territoire pakistanais ou ailleurs de marchandises exonérées de frais de douanes.

Selon un document récupéré par le quotidien, l’ambassade du Maroc à Islamabad aurait importé, le 16 août 2019, 26 tonnes de marchandises de la zone franche de Jebel Ali aux Émirats arabes unis. Les documents douaniers démontrent que les deux transitaires qui se sont chargés de l’importation n’avaient pas obtenu au préalable l’autorisation du ministère pakistanais des Affaires étrangères.

Ce n’est d’ailleurs pas le premier scandale qui secoue une ambassade marocaine. En novembre 2008, la communauté marocaine au Danemark avait organisé des sit-in pour dénoncer l’attitude du consul général ainsi que de l’ambassadeur.

Les mis en cause étaient accusés de corruption et de harcèlement sexuel envers des ressortissantes marocaines. L’ambassadeur et le consul ont été relevés de leurs fonctions.

Cinq ans plus tard, l’espion en chef de l’ambassade marocaine en Guinée-Bissau a été accusé de tentative de viol sur une collègue. Il fut renvoyé, en compagnie de la victime, au Maroc.

À Bruxelles en 2013, 300 plaintes ont été déposées contre certains employés de l’ambassade, là encore accusés de « harcèlement sexuel et de pratique anarchique des frais de dossiers et procédures », affirmait l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) en Belgique.

Pour finir, un scandale impliquant directement un poids lourd des services sécuritaires marocains sera bientôt révélé en détails sur ce site.

Kamel Zaidi