Samia Moualfi, ministre de l’Environnement : Des plaidoiries aux tribunaux, à la défense des causes de la planète

Samia Moualfi, ministre de l’Environnement

Des plaidoiries aux tribunaux, à la défense des causes de la planète

Diplômée de la faculté de droit, qui aurait prédestiné Samia Moualfi à prendre les rênes du ministère de l’Environnement ? A vrai dire, sa carrière professionnelle et son parcours de militante politique et des droits des femmes l’habilitaient pleinement à assumer de telles charges. Neutralité carbone, préservation de la biodiversité, législation sur le littoral, économie verte… Tous les segments, les concepts et les stratégies liés à l’environnement requièrent des capacités, voire des talents de plaideur. Au demeurant, la sauvegarde de la nature, génériquement de la planète, est sous-jacente à de sempiternels argumentaires d’un homme de loi.

Dans son bureau au dixième étage d’une tour surplombant la baie d’Alger, la ministre nous évoque sa participation à la Cop 26 à Glasgow (Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques). A ce Sommet de haut niveau, elle a présenté les engagements de l’Algérie dans la réduction des effets du réchauffement de la terre, mais a défendu aussi le droit de l’Afrique à ne pas payer un tribut à la pollution, puisque ses Etats ne font guère un usage abusif des énergies fossiles. Le continent noir est plutôt victime des pays fortement industrialisés, les Etats-Unis et l’Europe en première ligne.

« Mon expérience en tant qu’avocate m’aide beaucoup dans mes missions de ministre. J’ai de l’aisance dans l’élaboration des textes de loi » se confie-t-elle Samia Moualfi, sans protocole et sans formalisme. En matière de défense d’une cause ou d’un dossier, elle évolue incontestablement sur un terrain connu, même si elle avoue qu’elle a dû « potasser » des dossiers et des documents techniques pour mieux maitriser la terminologie spécifique au secteur.

Avant d’intégrer le gouvernement en été 2021, Samia Moualfi, docteur en droit international et relations internationales et aussi experte en droits humains, a siégé dans de multiples organisations mondiales, dont l’Union Internationale des Avocats,est docteur en droit option droit international et relations internationales et experte en droits humains.

Militante structurée dans les rangs du FLN, elle est élue députés pour la circonscription électorale de Béjaïa à la législature 2002 à 2007. A l’Assemblée populaire nationale, elle a siégé à la Commission Juridique puis a été élu par ses pairs Vice-présidence du groupe Parlementaire chargée des relations extérieures du Parti du FLN. De 2019 à 2020, elle est membre du bureau politique du Front.

Activant au sein du mouvement associatif investi dans la défense des droits de l’homme, Samia Moualfi est également formatrice des formateurs dans les domaines de la démocratie participative et celui des élections. En 2005 elle déposa au niveau de l’Assemblée Nationale Algérienne un projet d’amendement de la loi électorale dans le but d’augmenter la représentativité féminine dans les assemblées élues.

Soulef B.

Related Articles

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,370SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles