Sansal raconte sa rencontre avec Zemmour : Soudés par la haine de l’islam

Sansal raconte sa rencontre avec Zemmour : Soudés par la haine de l’islam

Totalement atypique, l’élection présidentielle française, de 2022 nous réserve certainement pas mas de surprises.

Le dernière en date concerne l’entretien que vient d’accorder l’écrivain Boualem Sansal à un média pro-sioniste basé en France. Il y raconte par le menu détails l’entretien qu’il a eu avec le presque-candidat Eric Zemmour.

Il y raconte avoir longuement alimenté le « moulin à paroles » de ce dernier concernant leur haine commune de l’islam. Aussi radical que ce dernier dans son analyse, il prône carrément l’éradication de cette religion à la racine. Il ne fait pas non plus de distinction entre islam et islamisme.

« L’islamisme s’appuie sur l’islam », une doctrine qui a une puissance fabuleuse. On peut voir des individus apostats qui sont sortis de l’islam, mais on n’a jamais vu un peuple apostat. Là où s’installe l’islam, il est définitif.  L’islam s’empare de l’individu dans tous ses recoins : la façon de s’habiller, de s’alimenter mais aussi de penser.  Dans les pays musulmans, juifs, chrétiens et tous ceux qui ne sont pas considérés comme étant musulmans, à l’image des homosexuels, sont effacés. Cela fonctionne comme une épuration. L’islamisme a ainsi entre ses mains un instrument fabuleux. Les islamistes ne sont d’ailleurs pas les seuls à avoir compris la force de l’islam. Les dictateurs dans nos pays musulmans l’ont eux aussi réalisé et s’en sont servi, mais en se limitant au niveau d’un Etat. L’islamisme lui n’a pas de frein. Il se fiche des frontières, il réfléchit au niveau planétaire ».  C’est en gros ce qu’il a dit à Zemmour.

« Nous nous sommes rencontrés, c’est vrai. Nous avons passé un moment ensemble dans un café du côté des Invalides, à Paris. Je lui ai parlé de mon expérience de l’islam. Tout comme le catholicisme, cette religion ne fait de mal à personne tant qu’on n’y touche pas. Mais dès que des régimes illégitimes s’en sont emparés, cela s’est compliqué.  J’ai donc déclaré à Eric Zemmour que vu de l’extérieur, la France en était au stade où elle venait de découvrir que l’islamisme rongeait la maison. Mais pour combattre ce phénomène, il n’y a pas de solution. L’islamisme, c’est comme une pieuvre, vous pouvez détacher un tentacule, et les autres s’agrippent », raconte Boualem Sansal sui se permet également une perfide critique à l’adresse de son « allié » concernant son idée de revenir au catholicisme pour faire barrage à l’islamisme.

Boualem Sansal se montre en effet dubitatif en répondant à une question relative à ce sujet : « Je me demande s’il le pense réellement. Eric Zemmour utilise toujours les mêmes mots, qui reviennent en boucle. Son cerveau fonctionne avec 300 termes. A force de se répéter, il n’y a plus de contradiction chez lui.

C’est un homme intelligent et cultivé, qui n’a pas lu que Maurras. Il connaît Victor Hugo ou Chateaubriand. C’est un grand lecteur. Il a une tête beaucoup plus riche que le petit discours qu’il tient. Je pense ainsi qu’il est trop intelligent pour y croire. Mais il en est devenu prisonnier, parce que le théâtre national l’a aussi mis dans cette position. Aujourd’hui, il ne peut plus tenir un autre discours. S’il adopte un ton plus modéré, ses partisans vont dire qu’il fait comme Marine Le Pen, et qu’il se renie. La campagne va l’obliger à aller au bout de cela. Aucun mea culpa n’est plus possible chez lui ».

C’est dire en effet que cette élection présidentielle, qui n’en est qu’à son prélude nous réserve encore pas mal de surprises et de rebondissements.

Boualem Sansal, pour finir, doit sortir un livre le 7 octobre prochain aux éditions Gallimard intitulé « Lettre d’amitié, de respect et de mise en garde aux peuples et aux nations de la terre ».

Mohamed Abdoun

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,306SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles