Selon Rezig : Les prix ont été raisonnables durant le Ramadan !

Selon Rezig : Les prix ont été raisonnables durant le Ramadan !

 Le ministre du Commerce Kamel Rezig s’est exprimé, aujourd’hui, sur les prix des fruits et légumes durant le mois de Ramadan estimant que, globalement les prix ont été raisonnables !

La question qui se pose ce ministre vit-il vraiment en Algérie ? Et pour cause,  les Algériens ont terminé le mois de ramadhan comme ils l’ont commencé. Les prix des produits alimentaires, notamment agricoles, n’ont pas fléchi, et ce en dépit des assurances de l’Association des commerçants et du département du Commerce, qui ont prédit une baisse des prix. Toutefois, les prix des fruits et légumes risquent de connaître une nouvelle augmentation.

C’était un ramadhan rude que les ménages algériens ont eu à gérer cette année. Les prix des produits de première nécessité ont enregistré une augmentation sans précédent. Les fruits et légumes, eux aussi, n’ont pas été à la portée de toutes les bourses.

Leurs prix ont connu une augmentation de 60 à 80%. Avec la pomme de terre à 90 dinars minimum, la tomate entre 120 et 150 dinars, la courgette et la carotte à plus de 100 dinars, la salade jusqu’à 180 dinars… et les fruits hors de portée, il a été difficile pour les chefs de famille de remplir le couffin.

Pire encore, les fameuses ventes en soldes décidées par le département de Rezig pour soutenir la disponibilité des produits à des prix concurrentiels et abordables durant le mois de ramadhan n’ont pas eu l’effet escompté. Les prix sont restés les mêmes car boudés par les commerçants, en sus de la difficulté de faire appliquer la vente en soldes ou promotionnelle sur les fruits et légumes.

La baisse des prix des fruits et légumes prédite par le président de l’Association des commerçants n’a pas eu lieu si ce n’est une légère baisse constatée sur certains articles. Une baisse qui reste insignifiante et sans conséquence sur le pouvoir d’achat des Algériens, laminé par ces augmentations.

Alors de grâce assumez vos responsabilités au moins une fois, car il est inutile de chercher des coupables.

Yahia Maouchi